Expériences de traduction ...
Blog de Michel Politis, Professeur au Département de Langues Étrangères, de Traduction et d'Interprétation de l'Université ionienne (Corfou - Grèce)

Παρασκευή, 31 Μαρτίου 2017

Appel à contributions pour le n°4 de la revue Quaderna « Found in (Mis)Translation » : les impondérables de la (mé)traduction sous la direction de Sylvie Le Moël et Dirk Weissmann

  
Le quatrième numéro de la revue transdisciplinaire et multilingue Quaderna portera sur le thème « ‘Found in (Mis)Translation’ : les impondérables de la (mé)traduction ». Nous invitons tous les chercheurs intéressés par le sujet à envoyer leurs propositions aux responsables de ce numéro à paraître courant 2018. Les contributions peuvent provenir des différents champs disciplinaires (littérature, civilisation/histoire, philosophie/histoire des idées, linguistique/didactique) et linguistiques (français, anglais, allemand, espagnol, italien) couverts par la revue ; elles peuvent être rédigées, au choix, dans l’une des langues susmentionnées.

Argument
Selon sa définition convenue, consignée dans les dictionnaires, le terme de « mistranslation » désigne tout simplement une traduction erronée, une « faute » de traduction. Toutefois, en suivant l’idée d’une possible productivité de l’erreur, une partie de la traductologie contemporaine a conféré un sens moins restrictif à ce concept pour interroger la limite séparant la « bonne » de la « mauvaise » traduction. Ces approches s’intéressent, d’une part, à la subjectivité du traducteur, à la traduction comme acte interprétatif, voire créatif, en mettant en cause la vision manichéenne qui sous-tend le préfixe « mis- ». D’autre part, ces recherches analysent les effets (im)prévus que certaines traductions « actives » ont pu avoir dans l’histoire, en soulignant la dimension performative de celles-ci. En effet, quelle que soit la manière dont on évalue une (mé)traduction donnée, ses répercussions sur l’histoire politique, intellectuelle, littéraire peuvent être spectaculaires. À titre d’exemple, on pourrait citer le cas de la Dépêche d’Ems de 1871, dont la traduction est inséparable du déclenchement de la Guerre franco-prussienne, ou bien l’usage créateur que Borges fait de la « métraduction », à partir des années 1920, dans le contexte de la fondation d’une tradition littéraire argentine. D’autres exemples, comme la réception internationale du terme de « littérature mineure » forgé d’après Kafka, pourraient compléter cet aperçu de la problématique que notre numéro thématique vise à approfondir.

Axes envisagés
En suivant ce cadrage, l’étude de la problématique des « mis-translations » pourrait se faire selon plusieurs axes dont voici une sélection :

Approches littéraires :
- la polysémie du texte littéraire et la subjectivité du traducteur 
- fidèle/infidèle : le dilemme du traducteur littéraire
- la réception des « mistranslations » et la constitution des traditions interprétatives

Histoire des idées/philosophie :
- la « mistranslation » et l’histoire des concepts
- traduction et contre-traduction en philosophie/histoire des idées
- peut-on (mé)traduire les textes sacrés ?

Civilisation/histoire :
- performativité et impact social de la traduction
- la traduction comme action et manipulation politique
- la métraduction et les conflits guerriers

Linguistique/didactique :
- traduction et créativité 
- la problématique de l’erreur en traduction
- la définition de la « mistranslation » en fonction des genres textuels
La sélection des contributions se déroulera en deux étapes : dans un premier temps, nous vous invitons à nous transmettre un projet d’article sous forme de résumé d’environ 300 mots accompagné d’une brève notice bio-bibliographique ; après la pré-sélection des propositions en fonction de leur intérêt, de leur qualité et de l’équilibre général du numéro envisagé, nous inviterons les chercheurs retenus à nous envoyer leurs contributions intégrales, lesquelles seront soumises à une double évaluation à l’aveugle (peer-reviewing).

Calendrier
- avant le 1er juin 2017 : envoi des propositions sous forme de résumés
- avant le 1er juillet 2017 : pré-sélection des propositions par le comité de rédaction de la revue
- avant le 1er janvier 2018 : envoi des textes achevés (autour de 40000 signes/6000 mots)
- avant le 1er juin 2018 : peer-reviewing/validation des contributions et préparation à la publication 
Les propositions d’une page maximum incluant une brève notice biobibliographique sont à envoyer à sylvie.lemoel@u-pec.fr et weissmann@u-pec.fr (rappel de la date-limite : 1er juin 2017)

Pour des indications bibliographiques voir en bas du document

Call for Papers for Quaderna issue #4
« Found in (Mis)Translation »: les impondérables de la (mé)traduction
edited by Sylvie Le Moël and Dirk Weissmann

The fourth issue of the multilingual transdisciplinary journal Quaderna, “Found in (Mis)Translation,” will explore the contingencies of mistranslation. We invite scholars to send their abstracts to the editors by June 1st, 2017. Quaderna 4 will be published in 2018. Contributions may bear on different disciplinary fields (literature, civilization/history, philosophy/history of ideas, linguistics/didactics) as well as on the different linguistic domains of the journal (English, French, German, Italian, Spanish). Essays can be written in one of the aforementioned languages.

According to dictionary definitions, the term “mistranslation” merely means an erroneous or faulty translation. However, bearing in mind the possibility that every translation mistake has a silver lining, contemporary translation scholars have adopted a less restrictive stance on the concept of (mis)translation by exploring the moving boundaries between “good” and “bad” translations. On the one hand, new theoretical approaches are focusing on the subjectivity of the translator, on her/his interpretative or even creative work, therefore undermining the strict binary implications of the prefix “mis-.” On the other, recent research also bears on the unpredictable effects that some “active” translations have had in history, thus stressing their performative dimension. Judging the quality of a (mis)translation is one thing, assessing the spectacular effects it may have on political, intellectual, and literary history is another matter. One example is the 1871 Ems Dispatch and its translation mistake which contributed to the declaration of the Franco-Prussian War; another one is Borges’s creative use of (mis)translation from the 1920s onwards in the service of inventing a literary tradition in Argentina. Other examples, such as the international currency of the term "minor literature" borrowed from Kafka, can also be summoned in this quick overview of the rationale of this forthcoming issue of Quaderna.

Possible approaches

Literature:
- the polysemy of literary texts and the translator’s subjectivity
- high/low fidelity: the literary translator’s dilemma
- “mistranslations,” reader response, and interpretative traditions

History of ideas/Philosophy:
- “mistranslation” and the history of concepts
- competing translations in the history of philosophy/history of Ideas
- can sacred texts be mistranslated?

Civilization/history:
- performativity and the social impacts of translation
- translation as political maneuvering
- mistranslation, political conflicts, and wars

Linguistics/Didactics:
- translation and creativity
- the analysis of translation mistakes
- the definition of “mistranslation” in relation to literary genres

We invite scholars to send us a 300 word abstract with a short bio-bibliography.
Abstracts will be considered in relation to their relevance to the questions at hand and to the theoretical, linguistic and geographical balance the editors wish to establish for this issue. The authors of the selected abstracts will be notified so that they can send their full essay for peer-review.




Calendar
- June 1, 2017: abstract submission
- July 1, 2017: pre-selection of abstracts by Quaderna’s editorial committee
- January 1, 2018: essay submission deadline (40000 characters/6000 words)
- June 1, 2018: peer review results due, approval of contributions; preparation for publication.

Abstracts (along with a short bio-bibliography) are to be sent to sylvie.lemoel@u-pec.fr and weissmann@u-pec.fr (deadline: June 1st, 2017)


-      Emily Apter, The Translation Zone: A New Comparative Literature, Princeton, Princeton University Press, 2006.
-      Roger Baines, « The Journalist, the Translator, the Player and His Agent: Games of (Mis)Representation and (Mis)Translation in British Media Reports about Non-Anglophone Football Players », in : Rita Wilson/Brigid Maher (ed.), Words, Images, and Performances in Translation, London, Continuum, 2011, p. 100-118.
-      Brian James Baer, « Oppositional Effects: (Mis)Translating Empire in Modern Russian Literature », in: Dimitris Asimakoulas/Margaret Rogers (ed.), Translation and Opposition, Bristol, Multilingual Matters, 2011, p. 93-109.
-      Alan Bass, « On the History of a Mistranslation and the Psychoanalytic Movement », in: Joseph H. Graham (ed.), Difference in Translation, Ihtaca/London, Cornell University Press, 1985, p. 102-141.
-      Anna Brickhouse, The Unsettlement of America: Translation, Interpretation, and the Story of Don Luis de Velasco, 1560–1945, Oxford, Oxford University Press, 2014.
-      François Cusset, French Theory: Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.
-      Jacques Derrida, Qu’est-ce qu’une traduction « relevante » ?, Paris, L’Herne, 2005.
-      Harald Kittel (ed.), Übersetzung, Translation, Traduction, Berlin/New York, De Gruyter, 2007
-      Gabriele Leupold/Katharina Raabe (ed.), In Ketten tanzen, Übersetzen als interpretierende Kunst, Göttingen, Wallstein, 2008.
-      Christine Lombez/Rotraut von Kulessa (ed.), De la traduction et des transferts culturels, Paris, L’Harmattan, 2007.
-      Peter Newmark, About Translation, Clevedon, Multilingual Matters, 1991.
-      Erich Prunč, Entwicklungslinien der Translationswissenschaft. Von den Asymmetrien der Sprachen zu den Asymmetrien der Macht, Berlin, Frank & Timme, 2007.
-      Mohammad Saleh Sanatifar, « Lost in political translation: (Mis)translation of an intertextual reference and its political consequences: the case of Iran », The Journal of Specialised Translation, 24 (2015), http://www.jostrans.org/issue24/art_sanatifar.php.
-      Christina Schäffner, « Political Discourse from the Point of View of Translation Studies », Journal of Language & Politics, 3 (2004), p. 117-150.
-      Sergio Waisman, Borges y la traducción, Buenos Aires, Adriana Hidalgo, 2005.