Expériences de traduction ...
Blog de Michel Politis, Professeur au Département de Langues Étrangères, de Traduction et d'Interprétation de l'Université ionienne (Corfou - Grèce)

Δευτέρα, 13 Μαΐου 2019

Διεθνές συνέδριο: "Langues et langages juridiques Traduction et traductologie - Didactique et pédagogie", Μπορντώ 13 & 14 Ιουνίου 2019


Colloque
Langues et langages juridiques
Traduction et traductologie - Didactique et pédagogie
Du jeudi 13 juin 2019 au vendredi 14 juin 2019

Programme de recherche 2018-2021 Épistémologies du droit. Approches pluridisciplinaires à l’ère de la globalisation
·        Axe 1 - Spécificités des langues et langages juridiques à l’intérieur des systèmes nationaux ou autres ordres juridiques
·        Axe 2 - Passage d’une langue à une autre et transposition dans un autre système juridique des concepts véhiculés par une langue juridique donnée
·        Axe 3 - Enseignement des langues juridiques (étrangères), connaissances et compétences à développer, leviers didactiques
·        Axe 4 - Réception, mobilisation et diffusion de la langue et des concepts juridiques par des disciplines ou des discours non juridiques


Programme

Jeudi 13 juin 2019 - Après-midi 

13h00 Inscription
13h30 Propos introductifs

14h00-14h45 Conférence plénière (Amphi Manon Cormier)
Langues et droit : de l’internationalisation au multilinguisme ? Sprachen und Recht : Von der Internationalisierung zur Mehrsprachigkeit ?
C. F. GERMELMANN, professeur de Droit public et de Droit européen, Université Leibniz de Hanovre, Allemagne

Atelier 1 (Axe 1) - Amphi Manon Cormier
15h00 L’élaboration d’un langage commun par les juridictions régionales de protection des droits humains. Analyse comparée de la jurisprudence des Cours européenne et interaméricaine des droits de l’homme
Marie Rota, maître de conférences en Droit public, Faculté de Droit, Sciences Économiques et Gestion, IRENEE (EA 7303), Université de Lorraine, France
15h25 La renaissance de l’identité juridique et linguistique galloise. The rebirth of the Welsh Legal and Linguistic identity
E. GIBSON-MORGAN, maître de conférences HDR, Droit des pays anglophones et Civilisation britannique, Département Droit/Langues, Université de Tours, France, Visiting Senior Research Fellow, King’s College, London
15h50 Langue et Raisonnement. Existe-il un raisonnement unique derrière le "principe de proportionnalité" en Europe ?
J. LAURICH, docteur, avocat au Barreau de Bordeaux, Rechtsanwältin au Barreau de Berlin, enseignante à l’Université de Bordeaux, France
16h15 Dire la common law en français : exercice de création ou de transposition ?
K. MCLAREN, professeure, directrice du Centre de traduction et de terminologie juridiques, Faculté de Droit, Université de Moncton, Canada
16h40 Les textes dans les actes de procédures judiciaires pénales allemandes
T. REICHMANN, professeure de Traductologie, Université de Leipzig, traductrice-interprète assermentée auprès du Landgericht Saarbrücken, Allemagne

Atelier 2 (Axe 2) - Salle des Thèses
15h00 De l’inéquivalence en traduction juridique dans le domaine du droit des successions (France-Espagne)
T. Barceló Martínez, docteure en Traduction et interprétation, enseignante, Département de Traduction et interprétation, Université de Málaga, Espagne & J. . Valdenebro Sánchez, lecteur d’espagnol (LEA), doctorant en Traduction (ATILF), Université de Lorraine, France
15h25 La langue dans la vente commerciale internationale
A. S. CHEBBI, maître assistant, coordinateur de l’enseignement de Droit, Université de Sfax, Tunisie
15h50 La lettre et "l’esprit des lois" dans les traductions du Code civil
J.-C. GEMAR, professeur émérite, Linguistique et traduction, Université de Montréal, Canada
16h15 La politique de traduction des Cours constitutionnelles : France, Allemagne, Espagne, Portugal
M. KAMAL-GIRARD, docteure en Droit public, France
16h40 Traduction ou trahison ? Les rapports entre les notions chinoises de Fazhi (法治) et Yifazhiguo (依法治国) et les notions occidentales d’"État de droit" et de "rule of law"
Frédérique Rueda, professeur de Droit public, CERCCLE (EA 7436), Université de Bordeaux, France

Atelier 3 (Axe 4) - Petit salon
15h00 Quatre fonctions pour quatre langages juridiques
N. KFOURI KHOURY, professeur associé, Faculté de Langues et de Traduction, Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban
15h25 La clarté du langage comme objectif en droit
L. MEGAHED, doctorante en Droit public, CERCCLE (EA 7436), Université de Bordeaux, France
15h50 La traduction juridique du concept féministe de genre
P. MICHEL, doctorant, ATER, Laboratoire de théorie du droit, Aix-Marseille Université, France
16h15 L’apport de la philosophie des formes symboliques d’Ernst Cassirer à la méthodologie du droit comparé
Jochen Sohnle, professeur de Droit public, Faculté de Droit, Sciences Économiques et Gestion, IRENEE (EA 7303), Université de Lorraine, France

Vendredi 14 juin 2019 - Matin

9h00-9h45 Conférence plénière (Amphi Manon Cormier)
Quelle(s) sémantique(s) pour le discours juridique ? Pour une archéologie discursive des concepts en droit constitutionnel
L. GAUTIER, professeur de Linguistique allemande et appliquée, directeur du Centre Interlangues – TIL (EA 4182), Université Bourgogne Franche Comté, France

Atelier 4 (Axe 2) –  Amphi Manon Cormier
10h00 Traduire le droit comparé : la collaboration entre juristes et linguistes au service de la réflexion sur la pédagogie et les concepts du droit
D. CAILLEUX, maître de conférences, directrice du Département d’Études germaniques de l’Université Paris Nanterre, France
10h25 La traduction du droit chinois en français à l’épreuve
C. CHAIGNE, maître de conférences HDR, directrice du Diplôme d’Université d’Études Juridiques Comparées, Faculté de Droit et de Science politique, Centre de Droit économique, Aix-Marseille Université, France
10h50 Traduire les terminologies juridiques au sein des organisations internationales : le cas des Nations Unies
D. GUZMAN, doctorant, assistant à la recherche, Faculté de Traduction et d’Interprétation, Université de Genève, Suisse
11h15 La surprenante histoire de la Faculté de droit de l’Université de Moncton : penser et faire la common law en français
D. ROY, Ph.D. (Nantes), doyen de la Faculté de Droit, Université de Moncton, avocat, membre du Barreau du Nouveau-Brunswick, Canada

Atelier 5 (Axe 3) - Salle des Thèses
10h00 Programme KLeFF – Apprentissage collaboratif franco-allemand de la langue juridique
C. BOUYSSI, coordinateur Français langue étrangère, Centre de langues de spécialité, Université Leibniz de Hanovre, Allemagne & B. S. YOBOUE, doctorant, suppléant scientifique, chargé du tutorat, Université Leibniz de Hanovre, Allemagne
10h25 Qui peut traduire le droit ? Analyse d’une même traduction (ITA-FR) par des juristes bilingues et des traducteurs spécialisés
B. DENIZEAU, traductrice juridique, doctorante en traductologie près l’ESIT (EA7345 - ED268), Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, France
10h50 Training lawyers/jurists on legal translation and legal language : Aspects and perspectives - La formation de juristes/avocats sur le langage et la traduction juridiques : Aspects et perspectives
A. KOKKINIDOU, candidate au doctorat en Traduction juridique, Université Démocrite de Thrace, agent contractuel-traductrice au Parlement européen, Grèce, Luxembourg & P. G. KRIMPÁS, maître de conférences de Terminologie, traduction et textes juridiques, Université Démocrite de Thrace, Grèce
11h15 Manuel de communication juridique en langue étrangère : défis et perspectives
M. VOSKRESSENSKAYA, professeur, Université juridique d’État de Moscou Koutafine, Russie

Atelier 6 (Axe 4) - Salle des Actes
10h00 La dissémination du discours du droit pour le grand public : une étude comparative des stratégies linguistiques employées en français et en anglais
M. BOUYE, doctorante, CLILLAC-ARP, Université Paris-Diderot, France & C. GLEDHILL, professeur de Linguistique anglaise, CLILLAC-ARP, Université Paris-Diderot, France
10h25 Le principe de laïcité : une traductibilité complexe
H. GONZALEZ, doctorant en Droit public, CERCCLE (EA 7436), Université de Bordeaux, France
10h50 The trials and tribulations of legal terms : an affective approach in jurilinguistics
C. VELEANU, maître de conférences en Anglais, Faculté de Langues - LEA, CRTT (EA 4162), Université Lumière Lyon 2, France
11h15 La représentation des juridictions coutumières dans l’imaginaire de la littérature maghrébine d’expression française
M. ZAHIR, enseignant-chercheur au Département de Langue et Littérature françaises, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Sais-Fès, Maroc

12h00 - Déjeuner libre

Vendredi 14 juin 2019 - Après-midi

13h45-14h30 Conférence plénière (Amphi Manon Cormier)
La traduction allemande du droit belge
B. BERGMANS, professeur de Droit international privé et de Droit fiscal international, doyen du Département de Droit économique, Westfälische Hochschule, Recklinghausen, Allemagne

Atelier 7 (Axe 2) - Amphi Manon Cormier
14h45 La pertinence en traduction juridique : condition sine qua non de la possibilité du passage d’une langue à l’autre et d’un système juridique à l’autre
M. DURR, docteur ès lettres, membre associé du laboratoire Langue Linguistique Parole (LiLPa), Université de Strasbourg, France
15h10 Traduction et terminologie transsystémiques : enjeux théoriques, acquis de l’expérience canadienne et autres avancées
Z. GUEVEL, professeure titulaire de Traduction, Université Laval, Québec, Canada
15h35 La traduction spécialisée : le cas des textes juridiques français-tunisiens (français-arabe)
J. NOURI, docteure et enseignante-vacataire en Langue et Littératures Françaises, Université de Sfax, Tunisie & A. H. RADDAOUI, tuteur en langues et linguistique, traducteur, Lausanne Business Solutions, JTG, États-Unis
16h00 Transposition des règles de droit de l’Union européenne et traduction : enjeux géopolitiques et intégration européenne
M. POLITIS, professeur de Traduction économique, juridique et politique (FR-EL), Université ionienne, Grèce

Atelier 8 (Axe 1) - Salle des Thèses
14h45 La justice compréhensible par tous : traduction pragmatique en hindi dans le domaine judiciaire
B. DIOT-PARVAZ AHMAD, doctorante en Sciences du langage, INALCO (ED 265), traductrice et interprète expert près la Cour d’Appel de Paris, France
15h10 Deux siècles de traductions louisianaises : le droit civil en anglais in the making
O. MORETEAU, professeur de Droit, Louisiana State University, États-Unis
15h35 Droit OHADA et linguistique juridique : l’explicite et l’implicite d’un monisme du langage et d’un pluralisme de langues
P. F. OHANDJA, assistant des Universités, chef de département Carrières Juridiques, Institut Universitaire de la Côte, Cameroun
16h00 Vers une évolution de la stylistique contractuelle en Common Law ?
I. RICHARD, professeur des Universités, Anglais juridique, Facultés des Langues et Cultures Étrangères, Université de Nantes, France
16h25 L’Arabe comme langue constituante : entre subtilités et religiosité - Étude des travaux préparatoires à la Constitution tunisienne du 27 janvier 2014
C. YARED, doctorante en Droit public, CERCCLE (EA 7436), Université de Bordeaux, ATER, Institut d’Études Politiques de Bordeaux, France

Atelier 9 (Axe 3) - Salle des Actes
14h45 "Virtual Erasmus" & task-based English for Legal Purposes by e-Collaboration: Student Case Studies in Comparative Law & Human Rights [3rd edition] D. A. BEST, docteur, maître de conférences, English for Law, Université Libre de Bruxelles, chargé de cours invité, Anglais juridique, Université St-Louis Bruxelles, président de la European Legal English Teachers’ Association, Belgique
15h10 Rapprochement didactique entre le monde juridique et linguistique à travers le programme Juriste-Linguiste de l’ISIT
A. DE LAFORCADE, docteur en Droit, responsable du pôle juridique à l’ISIT, enseignante vacataire à l’Université Panthéon-Assas, France
15h35 Projet de didactique juridique
K.-H. EGGENSPERGER, docteur, chargé de cours à la Faculté de Droit de l’Université de Potsdam, Allemagne

Comité d’organisation :
Renaud Baumert, professeur de Droit public, Université de Cergy-Pontoise, Albane Geslin, professeure de droit public, Sciences Po Aix, Stéphanie Roussel, maître de conférences en Études germaniques, Université de Bordeaux, Stéphane Schott, maître de conférences en Droit public, Université de Bordeaux

Comité scientifique :
Renaud Baumert, professeur de Droit public, Université de Cergy-Pontoise ; Tristan Coignard, professeur en Études germaniques, Université Bordeaux Montaigne ; Thomas Constantinesco, maître de conférences en Littérature américaine et Traduction littéraire, Université Paris Diderot ; Jean-Marc Delagneau, maître de conférences honoraire en Linguistique allemande - Langues allemandes de spécialité, Université du Havre ; Andreas Feuerborn, professeur de Droit civil, Droit du travail et Droit comparé, Heinrich Heine Universität Düsseldorf ; Nicolas Froeliger, professeur de Traduction, Université Paris Diderot ; Géraldine Gadbin-George, maître de conférences HDR en Anglais juridique, Université Panthéon-Assas ; Claas Friedrich Germelmann, professeur de Droit public et de Droit européen, Gottfried Wilhelm Leibniz Universität Hannover ; Albane Geslin, professeure de Droit public, Sciences Po Aix ; Amane Gogorza, maître de conférences HDR en Droit privé et sciences criminelles, Université Toulouse 1 Capitole ; Carlos Miguel Herrera, professeur de Droit public, Université de Cergy-Pontoise ; Bernd Kannowski, professeur de Droit civil et d’Histoire du droit, Universität Bayreuth ; Marion Lacaze, maître de conférences en Droit privé et sciences criminelles, Université de Bordeaux ; Sylvie Monjean-Decaudin, professeure de Traduction économique et juridique, Sorbonne Université ; Bernd Oppermann, professeur de Droit civil et commercial allemand, européen et international, Gottfried Wilhelm Leibniz Universität Hannover ; Sébastien Platon, professeur de Droit public, Université de Bordeaux ; Marie-Claire Ponthoreau, professeur de Droit public, Université de Bordeaux ; Jérome Porta, professeur de Droit privé et sciences criminelles, Université de Bordeaux ; Xavier Prévost, professeur d’Histoire du droit, Université de Bordeaux ; Stéphanie Roussel, maître de conférences en Études germaniques, Université de Bordeaux ; Frédérique Rueda, professeur de Droit public, Université de Bordeaux ; Cédric Sarré, maître de conférences en Linguistique anglaise et didactique, Sorbonne Université ; Stéphane Schott, maître de conférences en Droit public, Université de Bordeaux ; Linda Terrier, maître de conférences en Linguistique et didactique de l’anglais, Université Toulouse - Jean Jaurès ; Ute Weinmann, maître de conférences en Études germaniques, Université de Cergy-Pontoise ; Kay Windthorst, professeur de Droit public, Dogmatique juridique et Didactique juridique, Universität Bayreuth ; Carla Yared, doctorante en Droit public, ATER, Université de Bordeaux, Sciences Po Bordeaux.


Τρίτη, 9 Απριλίου 2019

Colloque international PÉRIPHÉRIES – CENTRES – TRADUCTION Institut d’études romanes, Université de Wrocław Wrocław, du 21 au 22 novembre 2019





Utilisée dans les sciences sociales et humaines, l’opposition centre vs périphérie, qui renvoie à l’espace et à un certain ordre hiérarchique, a bien prouvé son caractère d’outil opératoire pour analyser les relations qui s’instaurent entre les sociétés ou cultures. Appliquée aux études littéraires, elle a permis, entre autres, de considérer la littérature mondiale comme un seul système, avec un centre et une périphérie en rapport d’inégalité (Casanova 1999, 2002 ; Moretti 2000, 2005). L’une des forces majeures qui interviennent dans la constitution de ce rapport est la traduction, considérée non pas dans sa dimension textuelle, mais comme « l'une des formes spécifiques du rapport de domination qui s'exerce dans le champ littéraire international » et comme « l'une des voies principales de consécration des auteurs et des textes » (Casanova 2002 : 8).

Les règles du système littéraire mondial semblent dictées par le centre, ou par rapport au centre. C’est donc lui qui attire en premier lieu l’attention des observateurs. Or, l’opposition centre vs périphérie se compose de deux éléments qui restent dans un rapport dialectique.

Le colloque PÉRIPHÉRIES – CENTRES – TRADUCTION propose de privilégier l’observation des échanges traductifs au sein du système littéraire mondial à partir des périphéries, notamment du point de vue de la directionnalité de la traduction littéraire et en sciences humaines, y compris dans une perspective historique.

Les questionnements suivants seront abordés :


  • Le caractère des relations périphérie-périphérie : la traduction est-elle un terrain de coopération? de rivalité ? le centre est-il inévitable comme intermédiaire ? quelles formes prend-il en tant que tel ? la traduction-relais est-elle un phénomène notable ? quels sont les facteurs qui poussent à ignorer les centres ?...
  • Le caractère des relations périphérie-centre : la traduction des périphéries vers le centre utilise-t-elle les mêmes stratégies et techniques que dans le sens inverse ? le recours aux paratextes est-il plus marqué ? y a-t-il des genres privilégiés ? la traduction mène-t-elle toujours à la consécration ? peut-on parler de consécrations manquées ?...
  • Les comportements spécifiques des acteurs périphériques : les éditeurs et les traducteurs des œuvres traduites des langues périphériques développent-ils d’autres stratégies (paratextuelles, promotionnelles, textuelles,...) que les éditeurs et traducteurs des œuvres traduites des langues centrales ?
  • Les relations centre-périphéries au sein des cultures/communautés multilingues : la direction privilégiée de la traduction mène-t-elle à la formation d’un centre ? quelle sont la place et les fonctions de l’autotraduction ?...
  • Les relations périphéries-centres au-delà des frontières nationales et géographiques : la même langue parlée dans plusieurs pays ; la langue parlée par une communauté linguistique qui n’a pas de territoire propre ; les diasporas et les centres...
  • Les reconfiguration(s) des relations centre-périphérie : le statut changeant et la multiplication des centres ; la formation de nouvelles « géographies/topographies culturelles » auxquelles contribue la traduction littéraire et en sciences humaines...
  • Les périphéries-centres et la réflexion traductologique : les conceptualisations de la traduction et de ses fonctions varient-elles selon les centres et les périphéries ? la dissémination des connaissances sur la traduction passe-t-elle principalement par la traduction ? les traductions des études traductologiques ont-elles des trajectoires particulières entre les centres et les périphéries ? existe-t-il des relations privilégiées
  • entre un centre particulier et « ses » périphéries ? ces dernières ont-elles des prédilections pour un centre ? « absorbent »-elles mieux les apports de certains centres particuliers ?...


Bibliographie suggérée :
Calvet L.-J., I. Osêki-Dépré (2002). « Mondialisation et traduction : les rapports inverses entre
centralité et diversité », dans : Bilinguisme, traduction et francophonie, Université Saint-
Esprit de Kaslik.
Casanova P. (1999). La République mondiale des Lettres, Paris : Éditions du Seuil.
Casanova P. (2002). « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme
échange inégal », Actes de la Recherche en Sciences Sociales 144, pp. 7–20.
Dehoux Amaury (dir.) (2018). Centres et périphéries de la littérature mondiale. Une pensée connectée
de la diversité, Paris : Connaissances et Savoirs, coll. « Littératures non-occidentales ».
Heilbron J. (1999). « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World-
System », European Journal of Social Theory 2(4), pp. 429–444.
Moretti F. (2000). « Conjectures on World Literature », New Left Review 1, pp. 54–68.
Moretti F. (2005). Graphs, maps, trees : abstract models for a literary history, London: Verso.
Moretti F. (2013). Distant Reading, London : Verso.
Sapiro G. (2009). « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circulation transnationale
des livres », dans : Les contradictions de la globalisation éditoriale, G. Sapiro (dir.), Paris :
Éditions du Nouveau Monde, pp. 275-301.
Sapiro G. (dir.) (2012). Traduire la littérature et les sciences humaines – Conditions et obstacles, Paris: Département des Études de la Prospective et des Statistiques (DEPS) et Ministère de la
Culture et de la Communication.
Zarycki T. (2009). Peryferie. Nowe ujęcia zależności centro-peryferyjnych, Warszawa : Scholar.

Comité scientifique

  • Muguraş Constantinescu, Université « Ştefan cel Mare » de Suceava (Roumanie)
  • Justyna Łukaszewicz, Université de Wrocław (Pologne)
  • Ioana Popa, Centre national de la recherche scientifique (France)
  • Elżbieta Skibińska, Université de Wrocław (Pologne)
  • Małgorzata Tryuk, Université de Varsovie (Pologne)


Organisation du colloque

  • Elżbieta Skibińska (présidente), Université de Wrocław (Pologne)
  • Natalia Paprocka (secrétaire), Université de Wrocław (Pologne)
  • Regina Solová, Université de Wrocław (Pologne)
  • Conférenciers invités
  • Lieven D’hulst, Katholieke Universiteit Leuven (Belgique)
  • Simos Grammenidis, Université Aristote de Thessalonique (Grèce)
  • Kristiina Taivalkoski-Shilov, Université d'Helsinki (Finlande)
  • Teresa Tomaszkiewicz, Université Adam-Mickiewicz de Poznań (Pologne)


Institutions partenaires
Academia Europaea
Katedra Filologii Niderlandzkiej Uniwersytetu Wrocławskiego
Wrocławski Dom Literatury

Calendrier
30 avril 2019 : date limite de soumission des propositions.

Les propositions sont à envoyer aux adresses suivantes : natalia.paprocka@uwr.edu.pl et
regina.solova@uwr.edu.pl. Format : titre, résumé d’environ 1000 signes, 3-5 mots-clés,
courte bibliographie ; brève présentation du chercheur.

31 mai 2019 : avis du comité scientifique et notification d’acceptation des propositions.

15 septembre 2019 : versement des frais de participation. Les frais de participation, 450 PLN ou 100 EUR, incluent le dossier du colloque, les pauses-café, deux déjeuners et un dîner. Les frais de transport et de logement sont à la charge des participants.

20 et 21 novembre 2019 : colloque.

Le temps de chaque communication est de 20 minutes, suivi de 10 minutes de discussion.

Une sélection des communications sera publiée.

Πέμπτη, 27 Δεκεμβρίου 2018

Διεθνές συνέδριο: « Regards croisés sur la place du français dans des sociétés en mutation » Αθήνα, 4-8 Σεπτεμβρίου 2019



a Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF), la Commission de l’Europe de l’Ouest (CEO), la Commission de l’Europe Centrale et Orientale (CECO), l’Association des Professeurs de Français de Grèce (APF fu) et l’Association des professeurs de langue et de littérature françaises (APLF du), en partenariat avec des universités et les instances éducatives helléniques ainsi qu’avec le soutien de l’OIF, de l’Ambassade de France et des Ambassades Francophones en Grèce, organisent le
3e Congrès européen de la FIPF « français, passion pour demain ! »

qui se tiendra à Athènes du 4 au 8 septembre 2019 autour de la thématique :

« Regards croisés sur la place du français dans des sociétés en mutation ».


Lieu du congrès

Lycée Léonin de Nea Smyrni
2, rue Themistokli Sofouli
172 22 - Nea Smyrni
Tél.: +30 2109418011
Pour localiser le centre du congès sur la carte Google cliquer ici


Appel à communication

La Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF), la Commission de l’Europe de l’Ouest (CEO), la Commission de l’Europe Centrale et Orientale (CECO), l’Association des Professeurs de Français de Grèce (APF fu) et l’Association des professeurs de langue et de littérature françaises (APLF du), en partenariat avec des universités et les instances éducatives helléniques ainsi qu’avec le soutien de l’OIF, de l’Ambassade de France et des Ambassades Francophones en Grèce, organisent le
3e Congrès européen de la FIPF « français, passion pour demain ! »
qui se tiendra à Athènes du 4 au 8 septembre 2019 autour de la thématique :
« Regards croisés sur la place du français dans des sociétés en mutation ».
ArgumentaireAxes thématiques
Langue du congrès : le français

Modalités d’intervention aux travaux du congrès :
  • Communications de 20 minutes (+ 10 minutes de discussion)
  • Ateliers de travail de 45 minutes
  • Ateliers de travail de 90 minutes
  • Symposiums de 1h30 (+ 30 minutes de discussion)
  • Présentations vidéo : 15 minutes de projection (+ 15 minutes de discussion)
  • Posters thématiques exposés dans les locaux du congrès
NB: Toute personne ne devrait intervenir qu’avec un seul titre et type d’intervention.
Conditions de soumission d’une proposition d’intervention
Les propositions d’intervention comporteront :
  • un résumé de 350 mots environ (pas plus de 2 000 caractères espaces non comprises) et jusqu’à 5 notions-clés
  • une brève justification du choix de l’axe
  • une bibliographie indicative (5 titres maximum)
Toutes les propositions d’intervention seront :
  • soumises avant le 15 janvier 2019 sur ce site du congrès
  • examinées et évaluées à l’aveugle par le comité scientifique, qui sera également chargé de la sélection des textes proposés pour la publication des Actes.
Les dépositaires d’une proposition seront informés des décisions du comité scientifique après le 15 mars 2019.
Veuillez vous connecter avant de soumettre une communication.



AXE I : LE FRANÇAIS, LANGUE DE MÉDIATION
  • Politique linguistique : quelles actions pour la promotion du français au statut de langue de médiation ?
  • La problématique d’intégration à la communauté francophone :
    • appartenance et construction identitaires
    • identités linguistiques et identités culturelles
    • approche sociobiographique…
  • Le français vecteur de remédiation aux problèmes d’intercompréhension et d’intégration dans les sociétés plurilingues et pluriculturelles (amplification des courants migratoires ; mobilité estudiantine, mobilité professionnelle…)
  • Les nouveaux enjeux des formations en langue/culture française
    • contribuer à la construction de l’identité et de la citoyenneté
    • servir de passerelle à d’autres cultures
    • ouvrir à d’autres conceptions du monde
    • favoriser la prise de conscience d’une citoyenneté transnationale…
  • Le caractère actionnel de la médiation linguistique et culturelle
  • La traduction, vecteur de médiation entre les cultures
  • L’opération traduisante et ses problèmes
  • Le français dans le cadre de la géopolitique des langues

Axes thématiques

AXE II : LE FRANÇAIS, LANGUE DE CULTURE
  • Du culturel au socioculturel (tendance à mettre l’accent sur l’aspect social et sociétal de la culture)
  • De l’interculturel à l’intraculturel en classe de français
  • Diversité culturelle et diversité linguistique
  • La promotion de la diversité culturelle et linguistique au sein de l’espace francophone
  • Francophonie et variété du français : variation diatopique, diastratique et diaphasique
  • La problématique des rapports langue-culture : des traces de la culture dans l’expression langagière (locutions/expressions figées/imagées ; proverbes et citations qui renvoient à des caractéristiques socio-culturelles…)
  • La littérature en langue française : domaine du dialogue des cultures
  • La littérature en langue française : moyen d’acquisition de savoirs socioculturels
  • L’impact des migrations sur les littératures francophones
  • La place et les fonctions du texte littéraire en classe de langue
  • Didactiser le texte littéraire pour la classe de FLE
  • Exploitation phonologique du texte littéraire
  • La place et les fonctions de l'écriture créative en classe de FLE
  • Pratiques littéraires dans l’enseignement du français (L1, L2, FOU…)
  • Pratiques d’écriture littéraire en classe de FLE
  • Pratiques théâtrales en classe de FLE
  • L’apport des ressources documentaires numériques à l’enseignement de la littérature
  • La culture francophone à travers des documents multimédias
  • L’ordinateur au service de l’enseignement de la littérature

AXE III : LE FRANÇAIS, LANGUE DE PROFESSIONNALISATION
  • La problématique actuelle de la formation des enseignants de français : nouveaux Référentiels de connaissances et compétences à construire eu égard aux
    • nouveaux publics d’élèves/apprenants linguistiquement hétérogènes et aux exigences socioprofessionnelles et culturelles élargies
    • nouveaux contextes d’enseignement/apprentissage
    • nouveaux enjeux éducatifs et socio-professionnels…
  • Les divers types de formation des enseignants de langues : avantages et inconvénients
    • Formation tout au long de la vie
    • Formation à distance/en ligne
    • Formation en alternance
    • Formation plurilingue
    • Formation pluridisciplinaire (optimiser les possibilités d’insertion professionnelle…)
  • Former à l’enseignement
    • du français langue première – langue seconde – langue étrangère
    • du français langue générale – français langue de spécialité – LEA : passerelles et ouvertures
  • Professionnaliser la formation des enseignants de langue

AXE IV: LE FRANÇAIS, LANGUE DE PRATIQUES DE CLASSE INNOVANTES
  • Des pratiques scolaires aux pratiques sociales de la langue
    • Diversification et enrichissement des pratiques langagières francophones
      • Ouverture à des variétés (parlers, registres, styles)
      • Intégration de nouveaux vocabulaires, spécialisés ou exolingues
      • Enseignement grammatical
      • Variation(s) phonologique(s) et FLE
      • Enseignement de la phonétique dans une classe de FLE en mutation
      • Nouvelles pistes d’évaluation de la compétence orale
    • Nouvelles approches pour l’enseignement du français (L1, L2, …, FOS, FOU, FLI…) imposées par les nouvelles réalités scolaires, les nouveaux publics, les nouveaux contextes
    • Approches didactiques : de la didactique sensorielle à la didactique heuristique
      • Approche actionnelle alias Approche fondée sur les tâches
      • Approche par compétences
      • Approche comparative/contrastive
      • Approches culturelle, transculturelle
      • « Approches plurielles des langues et des cultures » (approche interculturelle ; éveil aux langues ; intercompréhension entre les langues parentes ; didactique intégrée des langues apprises)
      • Approche pluridisciplinaire
      • Approches interactionnistes de l’acquisition des langues (téléprésence immersive, médias/réseaux sociaux…)
    • Des pédagogies transmissives aux pédagogies actives et participatives : Pédagogie différenciée ; Pédagogie du contrat ; Pédagogie du projet (échanges scolaires et Erasmus+, Projet EMILE…) ; Pédagogie inversée ; Pédagogie alternative…
  • Évaluation et certification de connaissances/compétences en langue

AXE V : LE FRANÇAIS, LANGUE DES PRATIQUES NUMÉRIQUES
  • Ressources numériques éducatives : manuels numériques et/ou numérisés, espaces numériques de travail (ENT), sites Web éducatifs ou grand public
  • Place et fonctions des produits/ressources multimédias en classe de français
  • Divers types d’enseignement en ligne : présentiel enrichi, hybride/mixte, à distance
  • Environnements d’enseignement/apprentissage numériques : plateformes d’apprentissage en ligne, outils numériques d’enseignement synchrones et/ou asynchrones, apprentissage mobile (M-learning), MOOCs, etc.
  • Οutils web2 : médias et réseaux sociaux, wikis, podcasts, web radio, outils de gestion, etc.
  • Apprentissage formel/informel à l’ère du numérique
  • Apprentissage en ligne par le jeu : jeux en ligne, gamification (ou ludification)
  • Usage responsable et éthique du numérique
  • Numérique et globalisation : quel impact sur l’enseignement/apprentissage des langues ?