Expériences de traduction ...
Blog de Michel Politis, Professeur au Département de Langues Étrangères, de Traduction et d'Interprétation de l'Université ionienne (Corfou - Grèce)

Τετάρτη, 19 Νοεμβρίου 2014

COLLOQUE INTERNATIONAL « ÉCHANGER POUR APPRENDRE EN LIGNE » . L’INGÉNIERIE DANS TOUS SES ÉTATS Grenoble (France), 4-5-6 juin 2015 Date limite : 15 décembre 2014



COLLOQUE INTERNATIONAL « ÉCHANGER POUR APPRENDRE
EN LIGNE » . L’INGÉNIERIE DANS TOUS SES ÉTATS
Grenoble (France), 4-5-6 juin 2015
Date limite : 15 décembre 2014


Le colloque EPAL, organisé par l'université Stendhal – Grenoble 3 (laboratoire Lidilem), tiendra sa cinquième édition les 4, 5 et 6 juin 2015. 

A l’heure de la « MOOCMania » (Le Monde) qui s’est emparée du monde universitaire et qui, au-delà du buzz, a le mérite de remettre le e-learning au goût du jour, EPAL 2015 mettra tout particulièrement l’accent sur la dimension systémique de toute ingénierie de formation hybride ou à distance : cette approche est de plus en plus souvent préconisée tant pour la recherche (« design-based research », « théorie de l’action », etc.) que pour la conception. Un cours (hybride, à distance, MOOC, etc.) envisagé comme système de formation comporte un certain nombre de paramètres que l’on a intérêt à aborder dans leurs interrelations : les ressources, les activités d’apprentissage, le tutorat, les interactions verbales, l’évaluation/certification. Au-delà du niveau des cours, à un niveau « méso » ou « macro » (Fichez), le contexte institutionnel et sociétal n’est pas sans influence sur les pratiques ingénieriques, que ce soit au niveau de la formation d’adultes, universitaire ou scolaire. 

L'objectif d'EPAL 2015 sera d'interroger ces variables de la formation à distance et les contextes institutionnels et sociétaux dans lesquels elles prennent place de façon systémique et pluridisciplinaire : sciences de l'éducation, sciences de l'information et de la communication, sciences du langage, psychologie, sociologie, informatique. 

Les thématiques mises en avant par cette cinquième édition du colloque Échanger pour apprendre en ligne sont les composantes de tout système de formation, avec un accent sur leurs interrelations. Quelques pistes sont pointées, de manière non exclusive, pour chacune de ces variables :
        

  •  Les ressources : la vidéo « magistrale » en tant que ressource (MOOCs). Ressources puisées sur Internet (le web social comme ressource, notamment). Ressources élaborées par les apprenants et mutualisées. Lien activités / ressources.
  • Les activités d’apprentissage : lesquelles suscitent des interactions fructueuses ? Quelle sont les caractéristiques des activités collaboratives ? Quelles activités pour les cours en ligne massifs
  • Pour les dispositifs hybrides ? Liens collaboration / tutorat, collaboration / interactions, activités /évaluation, etc.
  • Le tutorat, l’accompagnement : quel accompagnement pour quelle autonomisation ? Quelle présence à distance ? Dimension socio-affective du tutorat. Le tutorat par les pairs. Quel accompagnement dans les formations hybrides ? Lien tutorat / activités.
  • Les interactions verbales : les interactions verbales représentent-elles un des critères d’évaluation des formations ? Comment se répartissent les interactions dans un cours hybride ? Interactions synchrones ou asynchrones, écrites ou orales. Interactions entre pairs.
  • L’évaluation/certification : comment évaluer un travail collaboratif ? Comment évaluer dans les cours en ligne massifs ? L’évaluation par les pairs. L’évaluation des dispositifs.

Modalités de soumission
Les langues officielles du colloque sont le français et l’anglais.

Les propositions de communication devront comprendre entre 4000 et 5000 signes (espaces compris et hors bibliographie) et s’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques évoquées ci-dessus (thématiqueprincipale à préciser lors de la soumission). Elles devront être déposées sur le site du colloque. 

Deux modalités de publication sont proposées :

  • Publication dans une des deux revues suivantes, à condition d’être retenu par le comité scientifique mixte EPAL/revue : Distances et médiations des savoirs (http://dms.revues.org/) et Canadian Journal of Learning and Technology / La revue canadienne de l’apprentissage et de la technologie (http://www.cjlt.ca/index.php/cjlt/index). Possibilité de publier en anglais dans cette dernière.
  • Publication dans les actes en ligne pour ceux qui font ce choix ou pour ceux dont les textes n’auront pas été retenus par le comité scientifique mixte EPAL/revue. Le choix de l’une ou l’autre de ces modalités de publication devra être fait au moment de la soumission de votre proposition de communication. Les responsables du comité scientifique du colloque EPAL se réservent toutefois le droit de réorienter les choix en fonction des thématiques.

Calendrier
Juillet 2014 : lancement de l’appel à communication
1er novembre 2014 – 15 décembre 2014 : soumission des propositions de communication
1er mars 2015 : notification d’acceptation aux auteurs
4-6 juin 2015 : colloque
7 septembre 2015 : envoi des textes pour publication dans les actes ou pour soumission dans l’une des deux revues.

Suivre l’actualité du colloque Epal sur Facebook et Twitter sur le site du colloque : http://epal-grenoble.net


Comité scientifique
Baron Georges-Louis, Université Paris 5
Béziat Jacques, Université de Limoges
Blin Françoise, Dublin City University (Irlande)
Bourdet Jean-François, Université du Maine
Bruillard Eric, ENS Cachan
Celik Combe Christelle, Université Aix-Marseille
Chanier Thierry, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
Charlier Bernadette, Université de Fribourg (Suisse)
Ciekanski Maud, Université de Lorraine
Collin Simon, Université du Québec à Montréal (Canada)
De Lièvre Bruno, Université de Mons-Hainault (Belgique)
Degache Christian, Université Grenoble Alpes
Dejean-Thircuir Charlotte, Université Grenoble Alpes
Demaizière Françoise, revue Alsic
Depover Christian, Université de Mons-Hainault (Belgique)
Develotte Christine, ENS Lyon
Dooly Melinda, Université autonome de Barcelone (Espagne)
Eneau Jérôme, Université de Rennes
Foucher Anne-Laure, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
George Sébastien, Université du Maine
Guichon Nicolas, Université Lyon 2
Hamel Marie-Josée, Université d’Ottawa
Hauck Miriam, Open University (Royaume-Uni)
Henri France, Téluq (Canada)
Jacquinot-Delaunay Geneviève, Université Paris 8
Kern Richard, University of California (Etats-Unis)
Mangenot François, Université Grenoble Alpes
Marcoccia Michel, Université de Technologie de Troyes
Müller-Hartmann Andreas, Pädagogische Hochschule Heidelberg (Allemagne)
Nissen Elke, Université Grenoble Alpes
O'Dowd Robert, Université de Leon (Espagne)
Ollivier Christian, Université de la Réunion
O'Rourke Breffni, Trinity College, Dublin
Peraya Daniel, Tecfa, Université de Genève
Raby Françoise, Université de Toulouse
Reffay Christophe, ENS Cachan
Rinaudo Jean-Luc, Université de Rennes
Salam Pierre, université du Maine
Soubrié Thierry, Université Grenoble Alpes
Varga Renata, Université Lille 3
Vidal Martine, revue Distances et Médiations des Savoirs
Zourou Katerina, Sør Trøndelag University College, Trondheim (Norvège)

Σάββατο, 15 Νοεμβρίου 2014

Διεθνές συνέδριο: Traductologie et géopolitique, Montréal (Québec), Canada, avril 2015

 Ce colloque, organisé par l’Université McGill, Montréal (Québec), Canada en collaboration avec l’Université Stendhal Grenoble 3, l’Université de Toulouse 2 et l’Université de Paris IV Sorbonne, aura lieu les 20 et 21 avril 2015.

Informations et Appel à communications (date limite : 15 janvier 2015)

Πέμπτη, 13 Νοεμβρίου 2014

Energie, environnement et écologie : apports croisés entre langues, cultures, disciplines et discours spécialisés, Grenoble (France), novembre 2014

APPEL A COMMUNICATIONS

Argumentaire
Le concept d’environnement, dont la relative nouveauté pourrait expliquer les mutations fréquentes, permet de désigner l’ensemble des facteurs d’origine biologique, chimique ou sociale ayant un effet sur les êtres humains. Plus déterminée, l’écologie désigne tout d’abord la science des milieux, apparue au XIXe siècle, puis, à partir des années 1960, un mouvement politique de protection de la nature. La médiatisation croissante du changement climatique, considéré comme un problème majeur à partir des années 2000, a placé l’énergie au centre des débats sur l’environnement et l’écologie. Ce colloque vise à s’interroger sur ces phénomènes du point de vue des disciplines spécialisées, de la terminologie consacrée, du discours et des problèmes transversaux de communication rencontrés.
Trois axes de réflexion pourront être privilégiés :
1- Disciplines spécialisées et interdisciplinarité
Afin de résoudre les problèmes d’environnement, tels que le changement climatique et la dépendance énergétique, la collaboration de spécialistes d’origines disciplinaires diverses est nécessaire. Ce colloque propose de faire une place aux spécialistes non linguistes, dont les regards, les points de vue et les explications pourront apporter des éclairages indispensables. Il vise à identifier, au-delà des découpages traditionnels des savoirs, comment les disciplines concernées évoluent et ce qui peut rassembler dans ce domaine intrinsèquement interdisciplinaire.
2- Langue, discours et communication
Au vu des phénomènes de « colonisation » disciplinaire, de l’hybridation discursive, des mutations et des néologismes qui caractérisent la langue et culture de spécialité environnementale, comment définir les spécificités langagières du domaine ? Dans ce contexte, quel est le rôle de la vulgarisation ? Quel est l’apport de l’analyse de discours dans les textes publicitaires, politiques, écologistes, associatifs, etc. ? Quels sont les problèmes de traduction particuliers qui se posent ? Du point de vue de l’apprentissage de la langue et la culture de spécialité, on s’interrogera sur les défis auxquels sont confrontés les enseignants de langues pour transmettre des connaissances sur un domaine aussi évolutif et interdisciplinaire.
3- Culture, représentations, comportements
Puisque la pollution ne respecte pas les frontières, c’est à un niveau global que les problèmes environnementaux, écologiques et énergétiques doivent être (re)pensés. Pourtant, lié à des principes aussi fondamentaux que variables, comme la valeur de la vie, le discours sur l’environnement est fortement influencé par des facteurs (inter)culturels. On pourra alors s’interroger sur les spécificités des représentations des problèmes d’environnement selon les médias et les types de discours (presse, fiction, documentaires, blogs, etc.), les différentes aires géographiques et culturelles ainsi que sur leurs influences réciproques.
Modalités d’envoi des candidatures
Les propositions, en français ou en anglais, composées d’un résumé de 400 mots (maximum) et de 5 mots clés sont à envoyer avant le 22 avril 2014
(notification du comité scientifique aux auteurs le 30 juin 2014)
aux trois coordinatrices.
Camille BIROS (camille.biros@ujf-grenoble.fr)
Elodie VARGAS (elodie.vargas@u-grenoble3.fr)
Séverine WOZNIAK (severine.wozniak@upmf-grenoble.fr)