Expériences de traduction ...
Blog de Michel Politis, Professeur au Département de Langues Étrangères, de Traduction et d'Interprétation de l'Université ionienne (Corfou - Grèce)

Κυριακή, 29 Μαΐου 2011

EST : Statement on the rankings of Translation Studies journals

The European Society for Translation Studies is concerned by the difficulties that our discipline currently faces with respect to the main scholarly journals in our field.

There is a wide range of ranking systems, from the international Thomson Reuters ISI Web of Knowledge to the European Journal Rankings (ERIH) and various national ranking systems.

Currently, only two Translation Studies journals are listed in the ISI Web of Knowledge; the SCImago index has many TS journals but rates them only in the mid range of Linguistics journals; many of the national indexes rate them poorly, perhaps because the evaluators are either in Linguistics or in Literature, leaving our discipline stranded in between. On the other hand, the ERIH ratings are generally good for our discipline, although the much-announced revised lists have yet to appear.

These rating systems are important not just for the scholarly standing of Translation Studies, but also for the way our members’ research is evaluated and their promotions are assessed.
The European Society for Translation Studies does not intend to evaluate journals, since there are already many evaluation systems. Instead, we take the following actions:
  1. We offer moral support all Translation Studies journals and, when requested, we will write in their support in their dealings with national rating systems.
  2. We urge the journal editors and publishers to comply with the criteria required by the top rating systems, especially the Web of Knowledge.
  3. We urge the main rating systems to establish “Translation Studies” as a category in their online search engines.
  4. Where requested or where approached as consultants, we will urge the national and European rating systems to include translation scholars in their Linguistics and Literature committees, or to establish Translation Studies as a separate category for rating

Executive Board
European Society for Translation Studies
March 5, 2011
Explanatory notes:

ISI Web of Knowledge

The ISI Web of Knowledge, now owned by Thomson Reuters, is a searchable database of scientific research. One of its products is the Journal Citation Reports (JCR), which ranks journals on the basis of the times articles are cited. The ranking system has various parameters and calculations, which are explained here: http://science.thomsonreuters.com/tutorials/jcr4/

These JCRs are the most widely recognized indexes in the sciences in general. Assessments of researcher performance and of research groups increasingly make reference to them.
The Web of Knowledge is not publicly accessible, but most universities subscribe.

The JCR Social Sciences Edition 2009 seems to include only two TS journals:
The Translator: Total cites 58; Impact factor 0.107
The Translator and Interpreter Trainer: Total cites 4; Impact factor 0.190

This might be compared with:
Journal of Pragmatics: Total cites 1629; Impact 0.952
Discourse and Society: Total cites 786; Impact 1.623
Discourse Studies: Total cites 367; Impact 1.575
or
Annual Review of Psychology: Total cites 8192; Impact 21.025
Trends in Cognitive Sciences: Total cites 11626; Impact 15.591

John Benjamins has applied for its journals to be included in the Web of Knowledge. Terminology should appear in the Summer 2011 list, and Target and Interpreting should be in the Summer 2012 list. Babel will be for later. (It takes two years for the application to go through.)

SJR rankings

Citation analysis is also the basis of the SJR rankings. Here, for example, you can see how Target is rated: http://www.scimagojr.com/journalsearch.php?q=5800207676&tip=sid&clean=0

Πηγή: EST

Ph.D Course in Translation Processes Research

Ph.D Course in Translation Processes Research
August 15 – 19, 2011
Copenhagen Business School
Centre for Research in Translation and Translation Technology (CRITT)
Dalgas Have 15
2000 Frederiksberg


The CBS CRITT centre is offering an international, English-language course on translation process research. This 1st International TPR course will focus on theoretical aspects of process research, on experimental research design and methodology, on data visualization and human translation process modeling, and on qualitative and quantitative data analysis. There will also be frequent opportunities to consider research issues arising in connection with user interaction with language technological tools.

The PhD course in translation process research is recommended for PhD students engaged not only in projects in translation studies but more generally for PhD students wishing to know about empirical research methodology, experimental design, and data analysis, especially of behavioural data from eyetracking and keylogging. The overall purpose of the course is to give an overview of, as well hands-on introduction to, all of these areas.

The method of instruction will include teacher presentations, class discussion of morning lectures and of the course reading. There will also be an opportunity to have a personal one-on-one tutorial with one of the instructors about your own project.

Participants must have at least started their PhD project and reflected on its empirical theme, theory and level of analysis. Number of participants: min. 10 – max. 20. The course is also open to university researchers.

Principal organiser: Professor Arnt Lykke Jakobsen, alj.isv@... .
Check out the course website: www.cbs.dk/tpr, which will always carry the latest information about the course. Information about registration for the course is also available here.


The 8th International Workshop on Natural Language Processing and Cognitive Science (NLPCS 2011) - Special Issue: Human-Machine Interaction in Translation - takes place at Copenhagen Business School, Department of International Language Studies and Computational Linguistics during the weekend immediately after the TPR course (August 20 – 21). You can read more about the workshop on the NLPCS
2011 website: www.cbs.dk/NLPCS2011.

Πηγή: EST

Σάββατο, 28 Μαΐου 2011

Διεθνές συνέδριο: « Linguistiques d’intervention - Des usages socio-politiques des savoirs sur le langage et les langues »

APPEL À COMMUNICATIONS

« Linguistiques d’intervention - Des usages socio-politiques des savoirs sur le langage et les langues »
Colloque annuel SHESL-HTL, Paris, 27 et 28 janvier 2012

Date limite: 10 juin 2011

Le colloque international annuel de la SHESL sera consacré en 2012 aux usages socio-politiques des savoirs sur le langage et les langues et ce, dans une perspective tant historique que trans-culturelle. L’objectif général est de mettre en perspective les relations que les sciences du langage (l’appellation est à prendre lato sensu) ont entretenues par le passé et entretiennent aujourd’hui avec le domaine socio-politique afin, d’une part, de dégager un panorama des enjeux auxquels les travaux relatifs au langage peuvent être mêlés et, d’autre part, de développer une réflexion sur le rôle du théoricien du langage – chercheur, expert, missionnaire, citoyen… – ainsi que sur la manière dont il fait autorité, refuse de faire autorité, ou s’autorise lui-même. Plus largement, nous nous interrogerons sur le rapport entre savoirs sur le langage et/ou les langues et intervention socio-politique: les sciences du langage sont-elles plus perméables aux doctrines socio-politiques que d’autres savoirs sur l’homme ? Le sont-elles autrement ?

Les contributions – parmi lesquelles quatre conférences invitées – s’organiseront autour des quatre axes thématiques suivants :

1) Le théoricien du langage en tant qu’acteur. Parce qu’il est membre d’une société, le descripteur de langues est concerné par l’actualité sociale et politique de son temps. Être social et observateur d’une activité sociale : comment ces deux statuts se concilient-ils dans l’activité intellectuelle du spécialiste ? Comment certains ont-ils volontairement utilisé leurs travaux à des fins socio-politiques ? Sous quelles formes un engagement socio-politique peut-il imprégner une réflexion relative au langage et/ou aux langues?

2) Le théoricien du langage en tant que récepteur. Parce qu’il est spécialiste, le théoricien du langage peut être sollicité et devenir, qu’il le veuille ou non, le relais de projets socio-politiques. Le travail des missionnaires, la promotion de variétés linguistiques sur « commande », la très actuelle fonction d’expert, en sont des exemples patents.

3) Le théoricien du langage dépossédé de ses travaux. Le grammairien, linguiste, lexicologue élabore des outils dont il ne maîtrise que partiellement la finalité. Ses travaux, en effet, peuvent parfois être détournés et instrumentalisés à des fins diverses (sociales, politiques, religieuses, etc.). Comment fait-il face à cette récupération?

4) Comment s’articulent, dans les sciences du langage, les différentes dimensions de « l’intérêt de connaissance » (théoriques, pratiques, sociales)?

Les propositions de communication (un titre et un résumé de 400 mots maximum, en français ou en anglais) seront adressées aux responsables scientifiques (emilie.aussant@linguist.jussieu.fr, cpuech50@yahoo.fr, irene.catach@wanadoo.fr) avant le 10 juin 2011. Le nom de l’auteur, son appartenance institutionnelle et son adresse électronique y figureront.

L’acceptation des communications sera notifiée le 30 septembre 2011 au plus tard.

Sous la responsabilité d’Émilie Aussant (UMR 7597), Christian Puech (UMR 7597, Université Paris 3) et Irène Rosier-Catach (UMR 7597, EPHE).

Τετάρτη, 25 Μαΐου 2011

Πρακτική άσκηση στο ΒΗΜΑ

Η εφημερίδα ΤΟ ΒΗΜΑ προσφέρει δυνατότητα πρακτικής άσκησης στη μετάφραση σε φοιτητές μεγάλων ετών του ΤΞΓΜΔ από την 1η Ιουλίου ως τις 30 Αυγούστου 2011. Όσοι ενδιαφέρονται μπορούν να επικοινωνούν με την απόφοιτο του Τμήματος Ελισάβετ Παστρικού (finisafricae2002 [at] yahoo [dot] gr)

Δευτέρα, 23 Μαΐου 2011

La définition en terminologie

Journée internationale d’étude

Lisbonne – lundi 21 novembre 2011 – Fondation Calouste Gulbenkian
Rute Costa – CLUNL, Universidade Nova de Lisboa
Christophe Roche – Equipe Condillac, Université de Savoie


Présentation

La définition est une opération centrale dans le travail du terminologue. Elle permet d’identifier le concept, de le distinguer des autres concepts au sein du système notionnel auquel il appartient. 
 
Se pose alors la question de savoir ce que l’on entend par « identifier le concept ». Est-ce lui attribuer un nom pour pouvoir en parler ? Est-ce le décrire à travers les usages linguistiques du terme ? Est-ce en exhiber les caractéristiques au sens de la norme ISO 704 ? Bien que la notion de définition en terminologie ait donné lieu à de nombreux travaux, elle demeure une problématique ouverte dont la réponse dépend des finalités du travail terminologique. Ainsi, l’opérationnalisation des terminologies nécessaire au traitement de l’information impose de nouvelles contraintes. La représentation explicite du concept à des fins de calcul a introduit la notion de définition formelle du concept en terminologie.

Cette journée de travail a pour objectif d’étudier la notion de définition en terminologie, de comprendre les relations et les apports mutuels entre la définition en langue naturelle et la définition formelle dont les bénéfices sont autant épistémologiques que computationnels.

Programme

09h00 Accueil
Introduction
09h30 : La définition, Frédéric Nef – École des hautes études en sciences sociales (France)
10h15 : Terminological definition, Gerhard Budin - Universität Wien (Autriche)
11h00: Pause café
La définition en langue naturelle
11h30 : Définition en langue, Rute Costa – Universidade Nova de Lisboa (Portugal)
12h15 : Extensional definition, Henrik Nilsson – Terminologicentrum (Suède)
13h00: Déjeuner
14h30 : Intensional definition, Hanne Erdman Thomsen - Copenhagen Business School (Danemark)
La définition formelle
15h15 : Définition ontologique, Christophe Roche – Université de Savoie (France)
16h45 : Langages de modélisation, Hendrik Kockaert & Frieda Steurs – Lessius Hogeschool (Belgique)
16h45 – 17h Clôture

Dîner

Frais d’inscription : 75 euros
Informations : rute.costa@fcsh.unl.pt / christophe.roche@univ-savoie.fr

Κυριακή, 22 Μαΐου 2011

Subtitling through Speech Recognition: Respeaking

Pablo Romero-Fresco
Translation Practices Explained Volume 13
194 pages, 2011. ISBN 1-905763-28-X (pbk), £30 (including postage and packing, and DVD)


a must have for students, trainers and professionals. … not only the first, but probably the ultimate live subtitling textbook. (Aline Remael, Artesis University College Antwerp)
... thorough and comprehensive ... a brave and pioneering work bound to become a classic from the word go. Inspiring, engaging, superbly written, it offers a state-of-the-art account of a field notoriously under-researched. A prime example of solid research and scholarship, a must read for anyone who wants to keep abreast with all the new developments taking place in Audiovisual Translation. (Jorge Díaz Cintas, Imperial College London, UK)

Based on sound research and first-hand experience in the field, Subtitling through Speech Recognition: Respeaking is the first book to present a comprehensive overview of the production of subtitles through speech recognition in Europe. Topics covered include the origins of subtitling for the deaf and hard of hearing, the different methods used to provide live subtitles and the training and professional practice of respeaking around the world. The core of the book is devoted to elaborating an in-depth respeaking course, including the skills required before, during and after the respeaking process. The volume also offers detailed analysis of the reception of respeaking, featuring information about viewers’ preferences, comprehension and perception of respoken subtitles obtained with eye-tracking technology.
An accompanying DVD features a wealth of video clips and documents designed to illustrate the material in the book and to serve as a basis for the exercises included at the end of each chapter. The working language of the book is English, but the DVD also contains sample material in Dutch, French, Galician, German, Italian and Spanish.
Subtitling through Speech Recognition: Respeaking is designed for use as a coursebook for classroom practice or as a handbook for self-learning. It will be of interest to undergraduate and postgraduate students as well as freelance and in-house language professionals. It will also find a reading public among broadcasters, cinema, theatre and museum managers, as well as the deaf and members of deaf associations, who may use the volume to support future campaigns and enhance the quality of the speech-to-text accessibility they provide to their members.

Pablo Romero-Fresco is a Senior Lecturer in Audiovisual Translation at Roehampton University, London, UK. He has worked as a respeaker for the National Gallery in the UK and has provided respeaking training to different universities and companies around the world. As a member of the research group TransMedia Catalonia, he has published and carried out research on dubbing, subtitling and audio-description, and has coordinated the subtitling part of DTV4ALL, an EU-funded research project exploring the possibility of providing a common standard for Subtitling for the Deaf and Hard of Hearing in Europe.

 

Contents


List of abbreviations, figures and tables

Contents of Accompanying DVD
Acknowledgements
How to Use this Book and DVD

1. Introduction to Respeaking
1.1 What is respeaking?
1.2. The name game
1.3. Discussion points

2. Live Subtitling
2.0. Introduction
2.1. Origins of SDH and live subtitling
2.2. Legislation and developments
2.3. Classification and methods
2.4. Discussion points and exercises

3.  Respeaking as a Professional Practice
3.0. Introduction
3.1. Respeaking on TV
3.2. Respeaking training at University
3.3. Respeaking training in the US
3.4. Discussion points and exercises

4. Respeaking Skills
4.0. Introduction
4.1. Respeaking and interpreting
4.2. Respeaking and subtitling
4.3. The specificity of respeaking
4.4. Respeaking skills summarized
4.5. Discussion points and exercises

5. Respeaking Skills Applied before the Process I: General Knowledge of SR
5.0. Introduction
5.1. How it works: main components and process
5.2. How it works for respeakers
5.3. The origins of SR
5.4. The present: state of the art and software available
5.5. The future of SR
5.6. Discussion points and exercises

6. Respeaking Skills Applied before the Process II: Preparation of the Software - Respeaking with Dragon
6.0. Introduction
6.1. Choosing and using a microphone
6.2. Creating a user profile
6.3. Dictating to SR software
6.4. Improving the user profile
6.5. Dragon 11
6.6. Exercises

7.  Respeaking Skills Applied During the Process I
7.0. Introduction
7.1. Split attention: dealing with simultaneous but non-overlapping inputs
7.2. Punctuation
7.3. Rhythm: respeaking units and the salami technique
7.4. Speed: edited vs. verbatim respeaking
7.5. Exercises

8. Respeaking Skills Applied during the Process II: Respeaking Different Genres
8.0. Introduction
8.1. Sports
8.2. News
8.3. Interviews, debates and chat shows
8.4. Exercises

9. Respeaking Skills Applied during the Process III: Respeaking in other Settings
9.0. Introduction
9.1. Respeaking in museums and other arts venues
9.2. Respeaking in the classroom
9.3. Respeaking in conferences and churches
9.4. Respeaking in live webcasts and telephones
9.5. Discussion points and exercises

10. Respeaking Skills Applied after the Process: Accuracy Rate - the NERD model
10.0. Introduction
10.1. Basic requirements
10.2. Traditional WER methods
10.3. The CRIM method
10.4. The NERD model
10.5. Application of the NERD model
10.6. Exercises and discussion points

11. The Reception of Respeaking
11.0. Introduction
11.1. Viewers’ comprehension of respoken subtitles
11.2 Viewers’ perception of respoken subtitles
11.3. Viewers’ opinion about respoken subtitles
11.4. Discussion points and exercises

12. Final Thoughts

Glossary
References
Index

Δευτέρα, 16 Μαΐου 2011

Διεθνές συνέδριο: Rhétorique et traduction (Πανεπιστήμιο Ορλεάνης, 26-27 Ιανουαρίου 2012)

Colloque international. Rhétorique et traduction

Université d’Orléans (France)
26-27 janvier 2012
5 rue du Carbone (Bât IRD)

Date limite: 1er juin 2011

Organisé par SEPTET, Société d’Etudes des Pratiques et Théories en Traduction et LLL, Laboratoire Ligérien de Linguistique

Comité organisateur 
Pierre Cadiot (Université d’Orléans)
Florence Lautel-Ribstein (Université d’Artois)
Antonia Cristinoi (Université d’Orléans)
Gabriel Bergounioux (Université d’Orléans) ( ?)

Pour les Latins, le terme de Traductio désignait une figure de rhétorique. On mesure ainsi la pertinence d’une rencontre portant sur les liens entre traduction et rhétorique.
Aujourd’hui, la rhétorique, tout comme la traduction, rapproche des champs disciplinaires variés : linguistique, littérature, anthropologie culturelle, philosophie du langage, etc.
Les différents axes de travail suivants pourront être explorés :

1. La traduction et la nature de la rhétorique

La rhétorique peut-elle être encore aujourd’hui conçue comme un ajout, un supplément d’âme et de présentation, voire même un masque (plutôt qu’un visage) ? Autrement dit, la rhétorique cessant progressivement de se confondre comme dans l’Antiquité gréco-romaine avec l’art de dire, mais aussi de penser, peut-elle être confondue avec un ensemble de procédés, qui sans être strictement ornementaux, l’engage néanmoins dans le sens d’une esthétique seconde, comme c’est le cas chez un Fontanier par exemple ? Le traducteur doit-il alors considérer qu’un « contenu » invariant est ainsi masqué ? Par voie de conséquence, la rhétorique peut-elle se confondre avec un aspect de l’art du traducteur qui serait de faciliter (mais aussi éventuellement d’agrémenter) la lecture ? Les dimensions clairement « rhétoriques » du texte-source (par exemple les questions précisément dites « rhétoriques », liées à la seule gestation du texte) doivent-elles être gommées dans le travail du traducteur ?

La rhétorique du traducteur a-t-elle une dimension « critique » ? Est-elle censée véhiculer (aussi) le point de vue singulier du traducteur ? Quelle est la part de la rhétorique dans le fait qu’historiquement les traductions ont si souvent fait l’objet d’adaptations marquées par la censure, l’idéologie, la volonté pédagogique, etc ? Quels sont les liens avec l’argumentation ? Le texte, la « lettre », doivent-ils dans l’acte de traduire s’effacer derrière des intentions, représentationnelles, polémiques et autres ? La rhétorique est-elle une « technique » ou un art « tactique ? Le traducteur doit-il être rusé ?

Doit-on à rebours s’attacher à relever, comme le fait un Dumarsais, des liens étroits entre grammaire et rhétorique (nonobstant le trivium médiéval) ? La rhétorique, au contraire de l’idée commune, plonge-t-elle ses racines au cœur même de la langue ? Quelles seraient les conséquences d’une réponse positive pour la traduction ?

2. La traduction entre champs rhétorique, poétique et émotionnel

Quels sont les liens entre rhétorique en tant que visée d’action, proche de la pragmatique moderne et poétique en tant qu’imitation d’action (mimesis) ? La traduction doit-elle être conçue comme une action, rendre le texte-source toujours plus efficace, ou doit-elle déployer et explorer les sources de sa propre poéticité ?

la rhétorique est-elle délibérément « cibliste » ? Est-elle idiosyncrasique, un art différent dans chaque langue particulière… ou relève-t-elle au contraire de techniques tendanciellement universelles ?

La distinction entre rhétorique et poétique ne serait-elle pas une conséquence d’une vision réductrice de ce qu’était la rhétorique des origines, celle d’Aristote, comme semblent en attester certaines des plus récentes traductions de son texte fondateur et qui montrent l’indissociabilité non seulement des propriétés sémantiques et esthétiques du langage, mais aussi de ses propriétés esthétiques et poétiques ?

On pourra s’interroger sur l’instabilité du statut de l’émotion et de ses inscriptions passionnelles dans le champ rhétorique. Qu’à l’occasion d’un événement émotionnel, on convoque le concept de thymie en sémiotique, ou tout autre concept affine, comment cette « subconscience » où se déploient les instances affectivo-émotives est-elle saisie dans l’acte traductif ?

3. Rhétorique et traduction dans leurs dimensions philosophiques et sémiologiques

D’une part :

la rhétorique ne serait-elle pas au fond de nature philosophique ? Peut-on y voir l’art même de former des concepts en les délivrant ?

la rhétorique se confond-elle avec la pragmatique moderne (wittgensteinienne, austinienne …) ?

D’autre part :

Quels liens avec la sémiologie et/ou la sémantique discursive et textuelle ? Comment la traduction doit-elle prendre en compte des effets comme l’idiomaticité, le cliché, le stéréotype, l’emblèmatisation, les « métaphores conceptuelles », etc. Les questions évidemment décisives de l’analogie, de la polysémie, de l’implicite, de l’inférence, comme mécanismes de production des textes sont-elles rhétoriques et relèvent-elles à ce titre d’un chapitre autonome de l’art du bien traduire ?

Et finalement :

Quels liens entre rhétorique, traduction et phénoménologie : le « contenu » peut-il être distingué de son apparaître, de ses modalités de donation ? L’essence figurale du langage renvoie à l’expérience immédiate, au « corps vécu » ? La traduction est sans arrêt confrontée à cette alternance de présentation (figurale, motivée, phénoménologique) et la gestation de contenus de représentation. Tout accès au réel est partiel, de l’ordre de l’esquisse, mais il s’impose avec la force du tout : ce que la tradition figure en termes - trop analytiques - de métaphore, métonymie, synecdoque, etc. renvoie à cette réalité en quelque sorte anthropologique. Mais très différemment d’une langue à l’autre. Comment la traduction doit-elle affronter ce problème ?

Calendrier
1 juin 2011 : envoi d’un résumé de deux pages environ et d’une courte bio-bibliographie à Florence Lautel-Ribstein :
30 juin 2011 : notification de la décision du Comité scientifique
1 mars 2012 : envoi des articles (max. 45, 000 caractères espaces compris) à Camille Fort

Les textes des communications seront publiés dans la revue SEPTET, Des mots aux actes (ou le cas échéant soumis à la revue R.S.P.)

Comité scientifique 
Antonia Cristinoi (Université d’Orléans)
Annie Cointre (Université de Metz)
Véronique Duché (Université de Melbourne)
Camille Fort (Université de Picardie)
Jean-René Ladmiral (Université de Paris Ouest-Nanterre et ISIT)
Michèle Lorgnet (Université de Bologne)
François Nemo (Université d’Orléans)
Yen-Mai Tran-Gervat (Université de Paris III)

Κυριακή, 15 Μαΐου 2011

Λεξικό της αρχαίας μυκηναϊκής διαλέκτου



Η Γραμμική Β είναι η πρώτη γραφή της ελληνικής γλώσσας, μεταγενέστερη μορφή της Γραμμικής Α, και χρησιμοποιήθηκε στη Μυκηναϊκή Περίοδο, από το 17ο ως τον 13ο αι. π.Χ., κυρίως για την τήρηση λογιστικών αρχείων στα ανάκτορα.

(Φωτό: Μερικά λογογράμματα. Από αριστερά προς δεξιά: Άνδρας, γυναίκα, τροχός, αμφορέας, κρασί, ελαιόλαδο.)

Η Γραμμική Β, Ανακαλύφθηκε στις αρχές του εικοστού αιώνα στην Κνωσό από τον Άρθουρ Έβανς, που την ονόμασε έτσι επειδή χρησιμοποιούσε γραμμικούς χαρακτήρες (και όχι εικονιστικούς, όπως η μινωική ιερογλυφική γραφή) χαραγμένους σε πήλινες πινακίδες. Διέφερε όμως από μια πρωϊμότερη παρόμοια γραφή, τη Γραμμική Α, που βρέθηκε επίσης στην Κνωσό και στη νότια Κρήτη. Πήλινες πινακίδες με Γραμμική Β γραφή βρέθηκαν αργότερα στο μυκηναϊκό ανάκτορο της Πύλου στη Μεσσηνία και σε άλλες θέσεις της ηπειρωτικής Ελλάδας.

Συνολικά έχουν βρεθεί περί τα 5.000 κείμενα σε Γραμμική Β (κυρίως πινακίδες και δευτερευόντως αγγεία). Από αυτά γύρω στα 3.000 προέρχονται από την Κνωσό, γύρω στα 1.400 από την Πύλο, γύρω στα 300 από τη Θήβα, 90 από τις Μυκήνες ενώ μικρότερος αριθμός προέρχεται από τα Χανιά, τα Μάλια, την Τίρυνθα, την Ελευσίνα, τον Ορχομενό και αλλού.

Αμφισβητούμενη είναι η χρονολόγηση των κειμένων. Τα αρχαιότερα κείμενα προέρχονται από την Κνωσό και ανήκουν στην Υστερομινωική ΙΙ περίοδο (περί τα 1400 π.Χ.). Τα υπόλοιπα κείμενα από την Κνωσό είναι κατά την κρατούσα γνώμη από το 1370 π.Χ. πριν την καταστροφή του μυκηναϊκού ανακτόρου.

Πηγή και περισσότερες πληροφορίες: http://www.ellinikoarxeio.com/2011/04/lexiko-mukhnaikhs-dialektou.html#ixzz1MPhZzAk1

Μεταπτυχιακές Διπλωματικές Εργασίες κοινού ελληνογαλλικού ΠΜΣ "Επιστήμες της Μετάφρασης - Μεταφρασιολογία και Γνωσιακές Επιστήμες"

Μεταπτυχιακές Διπλωματικές Εργασίες που εκπονήθηκαν στο πλαίσιο του Κοινού Ελληνογαλλικού ΠΜΣ "Επιστήμες της Μετάφρασης - Μεταφρασιολογία και Γνωσιακές Επιστήμες" στην Κέρκυρα ή την Caen ενώπιον μικτής ελληνογαλλικής επιτροπής

Επώνυμο Όνομα Τίτλος Μεταπτυχιακής Διπλωματικής Εργασίας Ημερομηνία υποστήριξης
ΜΥΡΙΛΛΑ ΠΟΛΥΞΕΝΗ Ο ρόλος της σημασίας στη Μετάφραση, τις Γνωσιακές Επιστήμες και τη Γλωσσολογία 28/6/2005
ΚΟΣΜΑ ΑΛΕΞΑΝΔΡΑ Le fonctionnement spécifique de la Mémoire de travail dans la Traduction 8/6/2005
CHAMSINE  CHIRINE La traduction des émotions 8/6/2005
DUFOUR  FREDERIC La traduction dans le courant de la pensée humaniste de la Renaissance 8/6/2005
ΚΟΚΚΙΝΗ ΑΛΚΗΣΤΙΣ Approche cognitive des métaphores originales en traduction poétique 10/7/2006
ΣΑΧΤΟΥΡΗ ΚΑΛΛΙΟΠΗ Le rôle des chaînes anaphoriques dans l'alignement automatique des corpus multilingues 10/7/2006
DAOUD ADEL La réception des fables, un phénomène doxique 26/9/2006
SAMBOU  ALY De la traduction à la communication: la recherche de l' intentio operis 26/9/2006
ABUDAYEH HANEEN Traduire l'émotion en politique : le je devient-il un autre ? 26/9/2006
LEMOINE  ANNE Alignement semantique de corpus multilingue : une perspective traductologique 26/9/2006
JABBOUR MARLÈNE Les chiffres et les noms propres dans les expressions figées en traduction:entre le français et l'anglais 10/11/2006
DAHI RANA La traduction et la traduction juridique entre le droit français et le droit libanais du statut personnel 10/11/2006
ELOUASSI IMANE L' interprète de conférence arabophone entre dialecte régional et arabe 10/11/2006
PÉRON CLAIRE Le paradoxe des expression idiomatiques 10/11/2006
ΣΑΒΒΑ ΕΥΜΟΡΦΙΑ - ΑΓΝΗ Η αξιολόγηση στη διδακτική της μετάφρασης και η περίπτωση των φοιτητών γενικής μετάφρασης του Ιονίου Πανεπιστημίου: προβληματισμοί και προτάσεις 23/6/2007
ΛΙΑΠΗ ΕΛΕΝΗ Étude comparative (français-grec) de l' expression de la douleur chez l'enfant 17/9/2007
ΥΔΡΑΙΟΥ ΧΡΙΣΤΙΝΑ Étude comparative des énoncés oraux et sous-titrage 17/9/2007
ΤΡΙΧΑΚΗ ΜΑΡΙΝΑ Étude sur l'apport des cognats à l' alignement des multidocuments 17/9/2007
SAM OR ANGKEAROAT Comment traduire les notices d'utilisation en langue khmère? 17/9/2007
SOK LIM SRORN Comment traduire les expressions idiomatiques en contexte? 17/9/2007
LECLUZE  CHARLOTTE Μéthode d'alignement sémantique multilingue appliquée à une collection de multidocuments : un apport aux sustèmes d'aide à la traduction 17/9/2007
ΠΑΠΑΣΤΕΡΓΙΟΥ ΑΙΚΑΤΕΡΙΝΗ Η Μετάφραση στη διδασκαλία της γαλλικής ως ξένης γλώσσας. Το παράδειγμα τηςδιερμηνευτικής θεωρίας.Ποιες προοπτικές; 20/6/2008
DOUMIT  MICHELLE Les émotions dans la presse : quels enjeux pour la traduction? 25/9/2008
BABIJ MARTA Nouvelles technologies de la traduction et leur application dans l'apprentissage et l'enseignement autonome 25/9/2008
ZIELINSKA DOROTA Le traduisible et l'intraduisible dans les textes humoristiques en classe de F.L.E.  25/9/2008
ΡΟΥΣΣΟΥ ΠΑΝΑΓΙΩΤΑ Comparaison entre la version originale des textes communautaires et leur version de vulgarisation 26/6/2009
ΒΑΣΙΛΕΙΟΥ ΧΡΙΣΤΙΝΑ Étude des chaînes anaphoriques, synthèse théorique, état de l'art en traitemant automatique des langues et étude sur corpus 26/6/2009
ΤΣΟΛΑΚΗ  ΒΑΣΙΛΙΚΗ L' euphémisme dans le discours politique et sa traduction 26/6/2009
ΓΑΒΡΙΛΙΑΔΗ ΝΕΚΤΑΡΙΑ Κυπριακή Διάλεκτος και Μετάφραση 26/6/2009
LEJEUNE GAEL Tentative d' approche multilingue en extraction d' information 27/6/2009
ΜΑΓΚΛΗ ΓΕΩΡΓΙΑ-ΕΛΕΝΗ Étude sur deux traductions grecques du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau 27/6/2009
ZHU LICHAO Étude comparative sur la définition et l'universalité des proverbes français et chinois-approches linguistique et cognitive 24/9/2009
ΓΙΑΝΝΑΚΟΥ ΕΛΠΙΔΑ Comme le dit le proverbe… Étude sur la traduction des proverbes 25/6/2010
ΚΛΟΥΡΑ ΕΥΑΓΓΕΛΙΑ Ο βαθμός μεταφραστικής δυσκολίας ως αντικείμενο της Διδακτικής της Μετάφρασης 25/6/2010
CHIKHI AMRANE Traduction des références culturelles vers le français dans la presse algérienne: un cas particulier 25/6/2010
ΚΟΛΟΣΙΔΟΥΑΛΕΞΑΝΔΡΑ A. Camus – La Peste : Etude de deux traductions grecques 30/09/2010
BIRCHALLAUDREY La traduction des gros mots dans les films 30/09/2010
DIOPOMAR Traduire en français les contes wolof : exemple de quatre contes 30/09/2010
ΚΑΤΣΑΡΕΛΙΑΧΑΡΙΚΛΕΙΑ Approche textuelle de la traduction des accords de coopération en matière de police conclus par la Grèce 08/10/2010




















8ο Συνέδριο «Ελληνική Γλώσσα και Ορολογία» (Αθήνα, 10-12 Νοεμβρίου 2011)

Στον δικτυακό τόπο του 8ου Συνεδρίου «Ελληνική Γλώσσα και Ορολογία», που διοργανώνει η ΕΛΕΤΟ στην Αθήνα τον Νοέμβριο του 2011, μπορείτε να βρείτε αναρτημένες τις περιλήψεις των ανακοινώσεων.

Τρίτη, 3 Μαΐου 2011

12-14 Μαϊου 2011: 3η Συνάντηση Ελληνόφωνων Μεταφρασεολόγων (ΑΠΘ)

ΑΡΙΣΤΟΤΕΛΕΙΟ ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΘΕΣΣΑΛΟΝΙΚΗΣ
Τομέας Μετάφρασης του Τμήματος Γαλλικής Γλώσσας και Φιλολογίας
Διατμηματικό Πρόγραμμα Μεταπτυχιακών Σπουδών Διερμηνείας και Μετάφρασης της Φιλοσοφικής Σχολής



3η ΣΥΝΑΝΤΗΣΗ ΕΛΛΗΝΟΦΩΝΩΝ ΜΕΤΑΦΡΑΣΕΟΛΟΓΩΝ  
Θεσσαλονίκη 12, 13 και 14 Μαΐου 2011







Σημείωση:
Οι εργασίες της Συνάντησης θα διεξαχθούν στους χώρους του νεόδμητου κτιρίου της Επιτροπής Ερευνών του Α.Π.Θ. (Κόκκινο κτίριο – οδός 3ης Σεπτεμβρίου – δίπλα στη Φοιτητική Λέσχη)