Expériences de traduction ...
Blog de Michel Politis, Professeur au Département de Langues Étrangères, de Traduction et d'Interprétation de l'Université ionienne (Corfou - Grèce)

Κυριακή, 30 Οκτωβρίου 2011

CFP: Symposium on Language and Communication (including translation), June 2012, Izmir, Turkey


The Organizing Committee is pleased to invite you to participate in the International Symposium on Language and Communication: Research trends and challenges (ISLC). The symposium is to be held 10-13 June 2012 in the Atatürk Congress Center, Ege University, Turkey.
ISLC is an international symposium which focuses on the research trends and challenges in the field of interdisciplinary language, literature, history and communication studies at both national and international levels, and their consequences for the theory, policy and practice of a variety of fields such as education, economy, sociology, and all other related fields. ISLC provides an international forum that enables discussions of the latest research trends and challenges, and promotes critical debate, on the often-complex interconnections between language and communication and history, economy, sociology, education, and all related sub-fields.
We invite abstracts, papers, and proposals in any of the following tracks:
• Literature, History, Art and Humanities,
• Business and Economics,
• Language Education and Teaching
• Communication Technology and Science.

Παρασκευή, 28 Οκτωβρίου 2011

APPELS À CONTRIBUTIONS : "DE LA LECTURE À L’ÉCRITURE"

DE LA LECTURE À L’ÉCRITURE
Date limite: 8 janvier 2012

Appel à contributions pour le numéro thématique De la lecture à l’écriture de la revue Mélanges francophones, à paraître début 2013 aux Presses Universitaires de l’Université Dunărea de Jos de Galaţi, ROUMANIE.
De nos jours, il est parfois inévitable de parler de littérature sans insister sur son origine, sur la nature de l’écriture, de la lecture, autrement dit poser la question de ce qu’est la littérature. C’est pourquoi nous nous sommes proposé de réaliser un numéro consacré au rapport que la lecture et l’écriture entretiennent dans la création de l’oeuvre littéraire.
Objet de nombreuses recherches, la lecture est vue le plus souvent comme un plaisir ou une simple habitude, voire une obsession. Mais qu’est-ce que représente la lecture ? A quel moment peut-on parler d’unvéritable acte de lecture ? Il y a aussi des individus qui vivent par des livres, pour qui la lecture est dépendance et devient un mode d’existence. Par leur acte, ils dépassent la simple lecture d’une oeuvre car ils réussissent à intégrer celle-ci dans leur expérience littéraire antérieure. Le lecteur découvre et / ou construit des ponts entre oeuvres et il crée ainsi son propre édifice. La lecture n’est plus pour lui une addition d’idées, elle devient plutôt une soustraction car de tout ce qu’il a ajouté par la lecture, il commence à choisir les éléments importants et à éliminer le surplus pour faire découvrir une autre oeuvre, il fait « le pas du maçon à l’architecte » (Mircea Cărtărescu). Entre livres différents, il forme des liens et au moment où cet embranchement prend contour, l’oeuvre est prête, elle se trouve déjà à l’esprit de l’ancien lecteur devenu écrivain qui essaie de la mettre au jour par l’acte de nomination.
Une question qui se pose concerne l’élément déterminant dans la façon de percevoir un texte. Cela tient-il à l’importance donnée à l’oeuvre par le lecteur ou est-ce que cela tient à l’attirance de l’oeuvre ? Ou les deux voies sont plutôt complémentaires et indispensables et s’unissent dans un processus mental qui détermine le lecteur à s’exprimer ?
Il y a des commentateurs qui considèrent qu’une bonne oeuvre est un incontestable événement de culture puisque sa plus forte prétention est de donner une raison d’être au mot commencement (Maurice Blanchot).
Elle pose la question de la possibilité même de l’acte d’écriture, ce qui prend la forme de l’impossible nomination. Quand les mots reculent devant la vérité, ils offrent au lecteur le point de commencement de sa propre oeuvre. Autrement dit, l’oeuvre provoque le lecteur, lui donne à penser, à agir, le transforme en écrivain en fin de compte.
Une autre question qui se pose est de savoir si l’expression choisie couvre entièrement les pensées, si ce que l’écrivain écrit nomme exactement ce qu’il a vécu naturellement à l’intérieur, sur le trajet de la lecture à l’écriture. Est-ce que la langue, un système conventionnel, stable, qui se construit selon des règles précises, peut exprimer « la fuite muette et ahurie » (Herta Müller) qui se trouve à l’esprit de tout lecteur-écrivain ?
La littérature se situerait plutôt dans un espace qui s’ouvre entre « le pouvoir et l’impossibilité, entre lepouvoir lié au moment de la lecture et l’impossibilité liée au moment de l’écriture » (Maurice Blanchot). Sous les yeux du lecteur, l’oeuvre se met en branle, se transforme, devient quelque chose de possible, tout en sentant le potentiel d’une future écriture qui l’absorbe, l’englobe et a la prétention de la dépasser.
De tels questionnements seront amenés à être développés dans le cadre du numéro thématique De la lecture à l’écriture de la revue Mélanges francophones. Les propositions d’articles, d’une page maximum, accompagnées d’une courte biobibliographie (coordonnées, affiliation, sujet de recherche, publications) sont à envoyer, avant le 8 janvier 2012, par courrier électronique au responsable du numéro, Anca CĂLIN, et au rédacteur en chef de la revue, Alina GANEA, aux deux adresses suivantes : anca.calin@ugal.ro ;
alina.ganea@ugal.ro .

Calendrier de l’appel :

- octobre 2011 : lancement de l’appel à articles ;
- 8 janvier 2012 : date limite d’envoi des propositions (une page maximum);
- 5 février 2012 : réponse d’acceptation ou de refus des propositions ;
- 20 mai 2012 : date limite d’envoi des articles (40 000 signes maximum) ;
- jusqu’au 15 août 2012 : expertise des articles, allers et retours entre les auteurs et le responsable du
numéro ;
- janvier 2013 : parution du numéro.
 
R O M Â N I A
MINISTERUL EDUCAŢIEI, CERCETĂRII ŞI INOVĂRII UNIVERSITATEA DUNĂREA DE JOS DIN GALAŢI
STR. DOMNEASCĂ NR. 47 Tel.: (+40) 236 - 414.112; 413.602
800008 - GALAŢI, ROMÂNIA Fax: (+40) 236 - 461.353
E-mail: rectorat@ugal.ro www.rectorat.ugal.ro
Faculté des Lettres – Département de Langue et littérature française

3ÈMES ASSISES EUROPÉENNES DU PLURILINGUISME : Rome, les 10, 11 et 12 octobre 2012

3ÈMES ASSISES EUROPÉENNES DU PLURILINGUISME
Rome, les 10, 11 et 12 octobre 2012
Langues sans frontières : le plurilinguisme
Date limite: 30 novembre 2011

Le plurilinguisme n'implique pas l'abolition des frontières, qu'elles soient physiques, politiques, religieuses, intellectuelles, artistiques, ou autres. La frontière, comme la porte, s'ouvre et se ferme, à la fois marqueur d'identité et de différenciation, mais en même temps, condition d'un échange véritable et authentique. Le plurilinguisme fait des frontières quelles qu'elles soient des zones d'échanges, d'enrichissement et de créativité, créativité qui se nourrit de l'altérité assumée et reconnue. Telle est la thématique générale de ces 3e Assises européennes du plurilinguisme qui se déclineront dans les quatre registres désormais classiques : l'éducation, l'économie, la politique et la culture.
Les Assises se tiendront au siège de la Représentation de la Commission européenne à Rome, Via quattro Novembre, 149-00187 Roma, les 10, 11 et 12 octobre 2012.
Dates clés
I. Date limite d'envoi du formulaire de candidature : 30 novembre 2011
II. Publication du résultat de la sélection des contributions : 1er mars 2012
III. Date limite pour l'envoi du texte intégral et du résumé traduit : 1er juin 2012.
Télécharger l'appel à communication: 

Traductologie (σελίδα στο Facebook)

La traductologie, en tant que science, étudie le processus cognitif inhérent à toute reproduction (traduction) orale, écrite ou gestuelle, vers un langage, de l'expression d'une idée provenant d'une autre langage (signes vocaux (parole), graphiques (écriture) ou gestuels).
La notion de « traductologie » a été employée pour la première fois par Jean-René Ladmiral, traductologue contemporain français en 1972, et simultanément par le traductologue canadien Brian Harris, qui a bientôt après publié une communication dont le titre comportait ce terme.
En un sens élargi, toute pratique réflexive sur la traduction relève de la traductologie. Il s'agit aussi d'un exercice universitaire inscrit dans les programmes des facultés de langues vivantes, mais généralement à partir de la troisième année d'études, du moins en France, et dans les études supérieures menant au doctorat en plusieurs pays.
 
https://www.facebook.com/groups/377310652999/
 

Πέμπτη, 27 Οκτωβρίου 2011

Call for expressions of interest - EPSO/CAST/S/1/2011 – Translators into all 23 EU languages

A competition for translators as contractual agents into all 23 official EU languages was published yesterday. Deadline for applications is 29th November. Candidates should have a BA degree, be native speakers of one official EU language and have a perfect knowledge of two other EU official languages out of which they can translate. One of these languages has to be among the working languages of the EU institutions, that is English, French or German. This means that English native speakers should have French or German among their source languages.

For more information and how to apply, please click on the following link:

http://europa.eu/epso/apply/today/contract_en.htm

Κυριακή, 23 Οκτωβρίου 2011

Les Cahiers du CIEL (Λεξικολογία, Νεολογία, Ειδικές Γλώσσες, Ορολογία και Μετάφραση)

Les Cahiers du CIEL

Les enseignants-chercheurs anglicistes, germanistes, hispanistes et francisants de l'UFR EILA formaient jusqu'en 2005 l'équipe d'accueil CIEL (Centre Interlangue d'Études en Lexicologie, EA 1984), qui réunissait entre autres des spécialistes de lexicologie et de traductologie. Ils sont désormais regroupés dans la composante EILA du CLILLAC-ARP (EA 3697).
On trouve dans la publication de l'équipe, les Cahiers du CIEL, les résultats des exposés et discussions de son séminaire mensuel et les actes de ses journées d'études depuis 1992.
Les travaux du groupe de recherche sont centrés sur deux axes de recherche principaux :
  • Lexicologie, néologie : aspects morphologiques, syntaxiques et pragmatiques ;
  • Langues de spécialité, terminologie, traductologie.
Les Cahiers du CIEL, dont une version PDF est partiellement accessible sur ce site, permettent au groupe d'ouvrir le dialogue avec les collègues linguistes des autres universités françaises et étrangères intéressés par les problèmes de lexicologie, terminologie, linguistique de corpus et recherches sur les discours spécialisés dans les langues suivantes : anglais, français, allemand et espagnol.
John Humbley a repris le flambeau de la direction des Cahiers du CIEL depuis le départ de Colette Cortès.

"Ο ρόλος της μεταφοράς στην καθημερινή ζωή" των GEORGE LAKOFF - MARK JONSON

Ο μεταφορικός λόγος

Ο ρόλος της μεταφοράς στην καθημερινή ζωή

Παρουσιάζουν ο ΝΙΚΟΣ ΝΤΟΚΑΣ και ο ΒΑΣΙΛΗΣ Κ. ΚΑΛΑΜΑΡΑΣ

GEORGE LAKOFF - MARK JONSON

Η μεταφορά, φιλολογικά, σήμαινε ένα σχήμα λόγου κατά το οποίο μια έννοια εκφράζεται όχι κυριολεκτικά αλλά με παραβολή ή παρομοίωση. Αυτό από την εποχή του Αριστοτέλη που πρώτος επισήμανε το γραμματικό φαινόμενο. Πρόσφατες εμπειρικές παρατηρήσεις όμως αποκάλυψαν την ανάγκη επαναπροσδιορισμού της, αφού διαπιστώθηκε ότι ο μεταφορικός λόγος είναι διάχυτος στην καθημερινή ζωή -όχι μόνο στη γλώσσα αλλά και στις σκέψεις και πράξεις μας-, γεγονός που επηρέαζε ένα ευρύ φάσμα γνωστικού αντικειμένου (γλωσσολογία, ψυχολογία, φιλολογία, γνωστική επιστήμη, πολιτική, νομική, θρησκεία, μαθηματικά, φιλοσοφία της επιστήμης). Οταν πρωτοεκδόθηκε το βιβλίο των Lakoff και Jonson αντιμετωπίστηκε -λένε οι ίδιοι- όχι απλώς με σκεπτικισμό, αλλά έγινε αντικείμενο έντονης κριτικής και προβληματισμού. Είκοσι τόσα χρόνια αργότερα, στην επανέκδοσή του, διαπιστώθηκε ότι η θεωρία αυτή εξελίχτηκε και εμπλουτίστηκε. Η ελληνική έκδοση έγινε με βάση τη δεύτερη, του 2003, του βιβλίου.

«Πανεπιστήμιο Μακεδονίας», σελ. 350

ΒΙΒΛΙΟΘΗΚΗ - 07/10/2005

Μεταφορικός λόγος (http://www.info-metaphore.com)

Documentation sur la métaphore 
(http://www.info-metaphore.com)

Ce site a l'ambition de regrouper des articles sur la métaphore, définitions de la métaphore, bibliographie sur la métaphore, index thématiques au sujet de la métaphore, forum sur la métaphore.
   François Rastier disait il y a quelques années que la métaphore était devenue une "figure envahissante". En effet, on retrouve, dans les disciplines scientifiques qui ont pris ce pari de la "théoriser", plus d'une VINGTAINE de disciplines: sciences cognitives, psychanalyse, PNL, linguistique, rhétorique, herméneutique, informatique, neuro-psychologie, philosophie, poétique, sémantique, sémiologie, stylistique, phénoménologie, pragmatique, épistémologie, etc... Et plus, dans chacune de ces disciplines, il n y a pas toujours de consensus à propos de la métaphore ( sa définition, ses effets, etc...)!! Comment interpréter la profusion de théories de la métaphore en occident? Comment concilier toutes ces approches de la métaphore? Peut-on espérer une théorie unifiée de celle-ci? Doit-on seulement l'espérer?
   Si les recherches scientifiques sur la métaphore ont pris un essor depuis 25 ans, les recherches sur les recherches sur la métaphore n'ont pas beaucoup avancé. Ce site se veut un outil de clarification de la jungle chaotique et éparpillée des recherches actuelles et moins actuelles sur la métaphore. 

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE PLAN DU SITE

La métaphore en question -Copyright Cédric Detienne 2004- Plan du site

Παρασκευή, 21 Οκτωβρίου 2011

Call for papers : Theories and Methodologies of Translation History

Call for papers

Theories and Methodologies of Translation History
Special Issue of The Translator (Volume 20 Number 1, 2014)

Guest edited by Christopher Rundle (University of Bologna and Manchester)

Scholars of translation have tended to think of translation history as the history of translation or, as has often been the case, the history of specific translators and translated texts. This has been consistent with a general desire to bring translation out from the shadows and give it the visibility it deserves, underlining its often unrecognized importance. To characterize this approach, one might say that it is research that seeks to establish what history can tell us about translation; its aim is a general history of translation that will eventually allow us to form an overall historical picture of translation as linguistic activity and cultural phenomenon. This is a story, however, that is really only accessible to other scholars of translation; one that in its telling loses much of its historical detail as different case studies are abstracted within a framework that will allow them to sit alongside each other. Furthermore, the terms of comparison used in this process are based on theoretical premises that are almost entirely derived from the field of translation studies and owe very little either to their specific historical contexts or to more general historical concerns.

If we reverse our perspective, however, and ask ourselves what translation can tell us about a specific historical context or theme, we find ourselves involved in quite a different endeavour. We find ourselves immersed in the history of our chosen subject and we find that our natural interlocutors are other historians who share a similar interest, rather than other scholars in translation who may not share any of our historical expertise.

The premise to this special issue is that all historians of translation eventually have to choose which question they wish to address: what history tells us about translation, or what translation can tell us about history. This is a decision that implicitly precedes all further theoretical and methodological considerations. The underlying aim of this issue is to explore the implications of this choice and to contribute to the development of a specific theoretical framework for translation history.
Contributions are invited on the subject of studying translation history from a theoretical or methodological point of view. Case studies are welcomed when they are used as a basis for a more theoretical reflection, in line with the theme of this issue.

Possible theoretical themes/issues might include, but are not restricted to, the following:
  • Translation in history or history of translation? Is translation history per se our object, or is the study of translation an approach to describing and theorizing a particular historical object?
  • The contribution that translation research can make to key historical themes, such as totalitarian political systems, censorship, systems of cultural control and manipulation, the construction/affirmation of national identity, religious and colonial expansionism.
  • The relevance to historical translation studies of current issues/debates within historiography.
  • National/supranational histories of translation and the purpose they serve.
  • The significance/importance of the historical role of translators and their professional practice.
Scholars are also encouraged to propose papers on methodological questions such as:
  • The role of research based on paratextual primary translation sources (i.e. everything concerning translation except the translations themselves) and historical research methods.
  • Going beyond textual analysis in historical research on translation.
  • Research into translation as a historical, rather than literary/linguistic, event.
  • The advantages and/or dangers of the use of corpus linguistics in historical translation research.
Scholars are also invited to reflect on the role that existing theoretical frameworks can play in translation history, for example:
  • Are DTS and other frameworks/theories that seek some form of scientific reliability suitable for the historical study of translation?
  • Is Polysystems theory relevant to the historical study of translation?
  • What is the potential relevance to translation history of theoretical frameworks within historiography?What are the theoretical implications of Postcolonial studies for translation history?
  • What are the theoretical implications of Poststructuralist/postmodern perspectives for translation history?

Submitting a proposal

All potential contributors are requested to send in a detailed summary of their proposed paper (1,500 words approx) by the 1st deadline indicated in the schedule below to Christopher Rundle (c.rundle@unibo.it).

Preparatory workshop at the 2012 IATIS Conference
Those contributors whose proposals are selected will be invited to take part in a pre-conference workshop which will be held on the first day of the IATIS conference in Belfast, 24 July 2012. The intention is to engage in a discussion based on an exchange of each other’s detailed summaries, where other participants at the conference will also have the opportunity to intervene, before the papers are finalised. The idea is that the papers appearing in the special issue should be the fruit not just of a common general theme, but also of shared discussion and debate. While it is not a requirement that contributors take part in this workshop, it is highly recommended. Contributors attending the workshop have to cover their own expenses.

Submitting final papers
Authors will have until the 2nd deadline to prepare a final version of their paper, also in the light of the discussion during the workshop. Following the peer review process, authors will have until the 3rd deadline to resubmit their papers. The final papers should be 6,000-9,000 words long.


Schedule

·         28 February 2012: 1st deadline
Potential contributors should submit a detailed summary of their proposed paper (1,500 words approx)
·         30th April 2012
Notification of acceptance will be given and selected authors will be invited to take part in the workshop/panel at the 2012 IATIS Conference in Belfast. Note: while it is not a requirement that contributors take part in this workshop it is highly recommended.
·         24th July 2012
Pre-conference workshop on the first day of the 2012 IATIS Conference in Belfast.
·         31st December 2012: 2nd deadlineSubmission of full papers (6,000-9,000 words).
·         1st April 2013Confirmation of acceptance of papers.
·         1st July 2013: 3rd deadline
Final versions of accepted papers submitted.
·         April 2014
The Special Issue is published


Contact details

Christopher Rundle

Τετάρτη, 19 Οκτωβρίου 2011

Διεθνές συνέδριο : Ontologie et Lexique : nouveaux regards / Ontology and Lexicon: new insigths

APPEL A COMMUNICATIONS

[English version below]

Dans le cadre du 9ème colloque international TIA qui se tiendra à Paris les 8-10 novembre prochain (http://tia2011.crim.fr/), est organisé un atelier sur le thème :

Ontologie et Lexique : nouveaux regards

Organisé par les laboratoires IRIT et CLLE-ERSS en lien avec le groupe de travail "ontology Lexica" du W3C.
http://www.w3.org/community/ontolex/

*Jeudi 10 novembre 2011, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, Paris XIIIe.*

*date limite de contribution : 21 octobre 2011 (résumé)*


Ontologies et Lexiques

Depuis près de 10 ans, la diversification de l'utilisation des ontologies, en particulier au sein d'interactions avec des utilisateurs ou bien en lien avec des documents textuels, fait ressortir les liens forts qui existent entre ontologies et langues naturelles. D’une part, la construction des ontologies utilise souvent des ressources textuelles dans le cadre de l’apprentissage d’ontologies à partie de texte (Ontology Learning from Texts). D’autre part les ontologies servent de support pour l’annotation de textes en vue de l’interrogation sémantique de corpus, de traduction ou d'accès multilingue à des ressources.

En tant que représentation des connaissances, un lexique met l'accent sur les propriétés et relations linguistiques des mots alors que les ontologies se focalisent sur des concepts et des relations conceptuelles. L’interface entre ces deux niveaux de description a fait l’objet de travaux, au travers notamment des notions de Ressource Termino-Ontologique (RTO) et d'Ontologie Lexicale. Dans les deux cas, on s'interroge sur la manière d'articuler des modèles de connaissances et leur expression linguistique, c'est-à-dire à la fois le lexique associé à ces connaissances et son insertion dans les discours qui l'utilisent.


Lien avec Ontolex, "Ontology Lexica" et TIA

Une série de conférences, les ateliers OntoLex, a permis de définir les problématiques de recherche relatives à la définition de représentations pertinentes et riches à la fois pour favoriser des traitements linguistiques élaborés sur des éléments lexicaux, et pour donner un accès performant aux connaissances qu'il peut être pertinent de leur associer. Une des questions centrales est celle de la représentation de ces informations, linguistiques et conceptuelles. Cette question a été reformulée en "comment articuler la représentation d'éléments langagiers et d'une ontologie ?". Les réponses sont diverses suivant les applications visées, les théories sémantiques retenues ou encore les hypothèses relatives à la dynamique du sens et des interprétations.

Dans la lignée de ces ateliers, le groupe "Ontology Lexica" a vu le jour. Il s'agit d'une communauté d'intérêt du W3C qui cherche non seulement à parvenir à un standard en matière de représentation de la composante lexicale des ontologies, mais aussi à recueillir des expériences, évaluer les atouts de ce type de représentation etc. Les différentes problématique identifiées sont exposées ici:
http://www.w3.org/community/ontolex/

Ainsi, les questions relatives aux ontologies et à leur lexique méritent d'être traitées dans le cadre de la conférence TIA, qui a promu jusqu'ici des travaux novateurs en terminologie, remettant nottamment en question une approche positiviste qui fige le sens et les représentations. La conférence a particulièrement été le lieu de débats pour définir la notion de ressource termino-ontologique, qui rejoint celle d'ontologie avec composante lexicale.


Thèmes de l'atelier


Cet atelier a pour but de réunir des chercheurs issus du domaine de la représentation sémantique des connaissances, du traitement automatique des langues, de la linguistique ou de la terminologie, qui ont eu à aborder la question de l’interaction entre ontologies et lexiques. Les exposés présentés lors de cet atelier pour traiter des questions suivantes :

- exposé de modèles et représentations associant ontologies et composante lexicale ou terminologique;

- retour d'expérience montrant la plus-value de telles représentations, et d'applications utilisant ces représentations;

- notion de "contextes riche en connaissance" et leur prise en compte dans les modèles de représentation;

- intérêt de ces représentations pour faciliter des traitements linguistiques, à gérer le multi-linguisme ou l'accès à des éléments d'ontologie;

- intérêt deces représentations pour rendre compte de polysémies, d'évolution du sens dans le temps ou encore de la dynamique des connaissances.

Cette liste n’est pas exhaustive et toute proposition de question ou de problématisation sera la bienvenue.

*Modalités de soumission *

Envoyer deux à trois pages de résumé (dont une bibliographie) avant le
vendredi 21 octobre à aussenac [ à ] irit.fr
Les résumés doivent respecter le format de présentation de la conférence
TIA 2011, selon l'une des feuilles de style suivantes :
Latex: tia2011latex.tgz
MS Word: tia2011word.zip


Organisation

Animateurs du groupe "ontology lexica" : Paul Buitelaar (DERI, Galway),
Philipp Cimiano (CITEC, University of Bielefeld)
Organisateurs de l'Atelier : Nathalie Aussenac-Gilles (IRIT, Toulouse),
Anne Condamines (CLLE-ERSS, Toulouse), Nathalie Hernandez (IRIT,
Toulouse) and Bernard Rothenburger (IRIT,Toulouse)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

CALL FOR PAPERS : 
Ontology and Lexicon: new insigths

As part of the 9th International Conference on Terminology and Artificial Intelligence (TIA 2011, http://tia2011.crim.fr/) to be held in Paris on November 8-9-10th, 2011, the IRIT and CLLE-ERSS labs jointly with the W3C "ontology Lexica" community group ( http://www.w3.org/community/ontolex/ ) organize a workshop dedicated to *Ontology and Lexicon: new insigths.*

Deadline for submission: October 21st, 2011.
*Workshop date: Thursday, November 10th, 2011

*Location: INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris (France).


Ontologies and lexicons

During the last ten years, a large range of uses of ontologies, mainly user-interactive applications, access to document content, text analysis or information retrieval, have stressed the strength of the connection between ontologies and natural language. Firstly, textual resources can be used for learning ontologies from text, or at least to guide an interactive analysis of textual content to build ontologies. Secondly, ontology based semantic annotation and search, multilingual access to information, are some of the key features of the Semantic Web. One of the cornerstones then is to define the way in which knowledge models can be connected with their linguistic formulations. In particular, various studies defined representations of the lexical entries that contain information about how ontology elements (classes, properties, individuals etc.) are realized in multiple languages.

Considered as a knowledge representation, a lexicon gathers the linguistic properties of terms and their syntactic relations, whereas an ontology focus on a conceputal model. So the interface between these two layers is regularly discussed, in particular thanks to the notions of Lexical Ontology and Termino-Ontological Ressources (TOR). In both cases, the question is how to articulate knowledge models and their linguistic formulation, which refers to lexical entries and to their insertion in the discourse where they are used.


Relations within TIA, OntoLex workshops and the W3C "ontology and lexica" community group

In this scope, the OntoLex workshops have been organized. They made it possible to define research issues about the definition of rich and relevant models that can be used both to support linguistic processing based on lexical entities, and to provide an efficient access to knowledge representations. One of the key questions is about the joint representation of linguistic and conceptual information. These question turn out to be "which are the features required to represent lexical and ontological entities? how can these representation schemes be connected?" Possible answers are as diverse as the applications that include these models, the underlying semantic theories or the hypotheses related to the dynamics of meaning and interpretation.

Following these workhops, the "Ontology Lexica" W3C community group was born this year. Among its goals are not only the development of models for the representation of lexica (and machine readable dictionaries) relative to ontologies, but also the collection of best practices and experiment feed-back that demonstrate the added-value of such representations. The mission and research focus of th egroup are listed here: http://www.w3.org/community/ontolex/

These research issues about ontologies and a lexicon are very relevant for the TIA conference, that, up to now, has been promoting innovating works in terminology, questionning the positivist view that freezes the representation of meaning and its interpretation. The TIA conference questionned in particular the notion of terminological and ontological ressource (TOR), which is close to representations like ontologies with a lexical component.

Ever since it was set up 20 years ago, the TIA research group has challenged the positivist dogma. By using NLP tools, its members have contributed to shaking the belief that there is a gap between scientific and ordinary language. More generally, corpus analysis has weakened some certainties related to term definition, in particular the term-concept tie or the association of "concept" and "signifié".


Topics

The talks to be given during this workshop can deal any of the following issues:

- presentation of models and representatiions that combine ontologies with lexical or terminological entities;

- use-cases that illustrate the added-value of these representations inside software applications;

- notion of "knowledge rich context" and how it can be taken into account in knwoledge representation;

- abality of these rrepresentations to improve linguistic analyses and language processing or access to ontology entities;

- abality tu use these representations to account for polysemy, meaning change over time, or knowledge evolution.


The above questions do not form a closed list and any other proposal of questions or issues will be examined.


Submissions

A 2- or 3-page summary (including a bibliography) must be sent before October 21st, 2011 to aussenac@irit.fr
Summaries should follow the TIA 2011 conference format. Please use one
of the following style sheets:
Latex: tia2011latex.tgz
MS Word: tia2011word.zip


Organization

"Ontology Lexica" group chairmen: Paul Buitelaar (DERI, Galway), Philipp
Cimiano (CITEC, University of Bielefeld)
Workshop chairs: Nathalie Aussenac-Gilles (IRIT, Toulouse), Anne
Condamines (CLLE-ERSS, Toulouse), Nathalie Hernandez (IRIT, Toulouse)
and Bernard Rothenburger (IRIT,Toulouse)

Τρίτη, 18 Οκτωβρίου 2011

Call for Papers : Law in Translation

Call for Papers

Law in Translation

Special Issue of The Translator
(Volume 20, Number 2, 2014)

Guest-edited by
Dr Simone Glanert, Kent Law School, Canterbury, UK


The Translator, a peer-reviewed journal enjoying an international reputation in the field of translation studies, invites contributions for a special issue on Law in Translation to be published as Volume 20, Number 2, 2014.

In an era marked by processes of economic and political integration that are arguably unprecedented in their range and impact, the translation of law, whether understood in its literal or metaphorical sense, has assumed a significance that can hardly be overstated. The following situations are typical. As the expression of a strong postcolonial commitment, various African states have decided to draft their legislation in more than one official language with a view to conferring equal authority to colonial and traditional languages. Elsewhere, an influential group of European lawyers is seeking to develop a civil code for the European Union that stands to be translated in 23 languages. Meanwhile, former political and military leaders are being prosecuted for genocide before the International Criminal Court, a body consisting of judges from many different legal backgrounds and operating according to a complex multilingual procedure. Controversially, the US Supreme Court has relied upon foreign law in order to assess the constitutionality of a Texas statute criminalizing certain forms of sexual behaviour.

Each of these instances raises the matter of law in translation. Can legal rules carry identical normative implications in more than one language? Can law achieve uniformity despite requiring to be rendered in many languages? How do interpreting and translation affect adjudication in a multilingual courtroom? To what extent can a given legal text make sense in a different legal culture? These questions raise only some of the difficult issues that confront lawyers and translators currently acting across national borders.

The Translator wishes to attract critical, innovative and interdisciplinary contributions drawing on fields such as translation studies, linguistics, literary theory, sociology, philosophy and postcolonial studies in order to probe the interface between law, language and translation, with specific reference to the transnational situation as it is currently unfolding.
A non-restrictive list of possible topics includes:

·      A History of Legal Translation, or the Changing Role of the Legal Translator
·      Theories of Legal Translation: Is There a Need for a Fresh Start?
·      The Translation of Law as Interdisciplinary Practice (The Relevance of Philosophy, for Example)
·      Other Translations: Lawyers Translating the Humanities for Lawyers
·      Does Gender Matter in Legal Translation?
·      Is Legal Translation Political?
·      Sign-Language Translation before the Courts
·      On Routes and Roots: The Peregrine Character of Law
·      A Common Legal Discourse for the European Union: Myth or Reality?
·      Drafting Legislation in More than One Language: Promises and Pitfalls
·      The Theory and Practice of Legal Translation in a Postcolonial Context
·      International Courts: How to Adjudicate in a Multilingual Legal Environment
·      International Conflict Resolution: A Role for Legal Translation?

Those interested in contributing to this special issue should send an abstract of no more than 500 words accompanied by a short biographical note to the Guest Editor, Dr Simone Glanert (S.Glanert@kent.ac.uk), by 1 July 2012.

Contributions will be expected to range between 6000 and 9000 words in length (inclusive of notes). Illustrations from languages other than English will need to be glossed. Selected contributors will be asked to submit their paper for peer review by 1 April 2013. It is envisaged that formal acceptances will be communicated in early September 2013. Final versions of accepted papers will need to be submitted by 1 December 2013.

*********************************

To join the International Association of Translation & Intercultural Studies, click here:
http://www.iatis.org/index.php?option=com_k2&view=item&layout=item&id=61

Subscribe to TSA Online:
http://www.stjerome.co.uk/tsa/

Κυριακή, 16 Οκτωβρίου 2011

Η διαφορά μεταξύ http και https

MANY PEOPLE ARE UNAWARE that the main difference between http:/// and https:// is It's all about keeping you secure** HTTP stands for Hyper Text Transport Protocol.

The S (big surprise) stands for "Secure". If you visit a web site or web page, and look at the address in the web browser, it will likely begin with the following: http://. This means that the website is talking to your browser using the regular 'unsecured' language. In other words, it is possible for someone to "eavesdrop" on your computer's conversation with the website. If you fill out a form on the website, someone might see the information you send to that site.

This is why you never ever enter your credit card number in an http website!
But if the web address begins with https://, that basically means your computer is talking to the website in a secure code that no one can eavesdrop on.

You understand why this is so important, right?

If a website ever asks you to enter your credit card information, you should automatically look to see if the web address begins with https://.

If it doesn't, there's no way you're going to enter sensitive information like a credit card number.

PASS IT ON (You may save someone a lot of grief).

Επιστημονικό συνέδριο: LES CLASSIFICATIONS EN LINGUISTIQUE : Problèmes, Méthodologies, Enjeux

Appel à communications
LES CLASSIFICATIONS EN LINGUISTIQUE :
Problèmes, Méthodologies, Enjeux

6, 7 & 8 Juin 2012, Université de Strasbourg, Strasbourg


Colloque organisé conjointement par les doctorants de l'équipe « Linguistique, Langues, Parole » (LiLPa, UR 1339, Université de Strasbourg), les doctorants de l'Institut de Philologie Romane (Université de Bochum, Allemagne) et l’unité mixte de recherche ATILF (Université Nancy 2).


L'activité de classification fait partie intégrante de la démarche scientifique. En linguistique, au-delà des questions concernant la typologie des langues, classer pose des problèmes et implique des enjeux à tous les niveaux de l'analyse. L'objectif de ce colloque est d'inviter à une réflexion autant sur la méthodologie adoptée en amont, que sur la finalité des classements, en passant par le choix et la pertinence des critères retenus.

Notre souhait est ainsi de réunir des jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) en Sciences du Langage, autour de questions transversales : Pourquoi classer ? Comment classer ? Que classe-t-on ? Dans quels buts ? Que faire de ce qui n'est pas "classable" ?

Une grande attention sera accordée aux communications qui contribueront à développer une réflexion à propos des problématiques suivantes :

- L'établissement des catégories : a priori (les catégories étant préétablies) ou a posteriori (les catégories découlant des faits observés) ;
- Les relations entre les catégories : possibilités, modalités et intérêts d'établir des continuum ;
- Les critères à prendre en compte pour décider de l'appartenance d'un élément à une catégorie ;
- L'articulation entre les critères retenus et les objectifs visés ;
- Réflexion métalinguistique : différence entre catégorisation, classification, typologie ;
- Toute autre proposition en accord avec le thème du colloque.

Ce colloque sera l'occasion de réunir des jeunes chercheurs, en leur offrant la possibilité de présenter leurs travaux respectifs, d'échanger, de croiser leurs regards et expériences. Il s'agit avant tout d'une rencontre autour d'une problématique transversale - celle des classifications dans les études du langage.

Organisé sans privilégier une école ou orientation théorique particulière, chaque domaine peut y trouver sa place. Les candidats seront attentifs à proposer une communication accessible aux non-spécialistes de leur domaine, de manière à ce que l'échange profite à tous. L'objectif étant en effet que la réflexion menée dans un domaine spécifique constitue un apport fructueux pour l'ensemble de la communauté.



Conférenciers Invités
------------------------------
Pr. Jean Claude ANSCOMBRE (LDI-CNRS, Université Paris 13)
Pr. Michel CHAROLLES (LaTTiCe-CNRS, Université Paris 3)
Pr. Jane STUART-SMITH (Université de Glasgow, Ecosse)



Calendrier
----------------
Appel à contributions : juin et octobre 2011
Date limite de soumission du résumé : fin novembre 2011
Notification aux participants : mi-janvier 2012
Réception des articles définitifs : mi-avril 2012
Dates du colloque : 6, 7 & 8 Juin 2012

Lieu du Colloque : Salle des conférences de la MISHA, 5, allée du Général Rouvillois, Campus Esplanade, Université de Strasbourg, Strasbourg
Langues des communications : français, anglais
Contact : cjc.lilpa [ à ] gmail.com
Site Web : (en construction), disponible via la page de LiLPa-Strasbourg :
http://lilpa.misha.fr/accueil.htm


Modalités de soumission
------------------------------------
Les propositions de résumé (2 pages maximum) sont à soumettre via EASY
CHAIR
(https://www.easychair.org/account/signin.cgi?conf=cijc2012). Elles se
présenteront sous la forme d'un document texte anonyme (word ou pdf).
Une (ou plusieurs) session(s) poster seront envisagées. Les
participants souhaitant effectuer une communication affichée sont
invités à soumettre une proposition d'une page.

Modalités de communication
-----------------------------------------
Les propositions retenues feront l’objet d’une communication de 30 min
(20 min + 10 min de discussion).
Les candidats présentant un poster effectueront un exposé oral de 10
minutes maximum avant la session poster à proprement parler.

Public concerné
-----------------------
Sont invités à proposer une communication les jeunes chercheurs en
Sciences du Langage : étudiants de Master 2, doctorants et jeunes
docteurs (ayant soutenu depuis 3 ans maximum).

Publication des actes
--------------------------------
Une sélection de communications donnera lieu à une publication sous
forme d'article, après acceptation de la version finale.


Comité Scientifique
----------------------------
BERNHARD Delphine (LILPA-FD, Strasbourg)
BOISSEAU Maryvonne (LILPA-FD Strasbourg)
BRAS Myryam (ERSS, Université de Toulouse- Le Mirail)
CAPIN Daniela (LILPA-Scolia, Strasbourg)
CEAUSU Alexandru (Dublin City University, Ireland)
CREVIER-BUCHMAN Lise (LPP, ILPGA, Paris)
DE SAUSSURE Louis (Institut des Sciences du Langage, Suisse)
DELHAY Corinne (LILPA-Didactique, Strasbourg)
FAGARD Benjamin (LaTTice-CNRS, Paris 3)
FLAUX Nelly (GRAMMATICA-Université d’Artois)
GHIO Alain (Parole & Langage, CNRS, Aix-en-Provence)
GIRAULT Stéphanie (LaTTice-CNRS, Paris 3)
GRÉA Philippe (MoDyCo, Paris 10)
HAAS Pauline (Université de Valenciennes)
HAMM Albert (LILPA-FD, Strasbourg)
HERNANDEZ Nicolas (LINA-TALN CNRS et Institut et Universitaire de
Technologie de Nantes)
HIRCH Fabrice (Praxiling, Université de Montpellier)
HOELTER Martin (Institut de Linguistique Appliquée, Université de Bochum)
HUYGHE Richard (Université Diderot, Paris)
IRIMIA Elena (ICIA, Romanian Academy Roumanie)
JACQUES Marie-Paule (LIDILEM, Grenoble)
LAPRIE Yves (LORIA, Nancy)
LE DRAOULEC Anne (ERSS, Université de Toulouse – Le Mirail)
MEYER Jean-Paul (LILPA-Didactique, Strasbourg)
MIHATSCH Wiltrud (Institut de Philologie Romane, Bochum)
NGUYEN Noel (Parole & Langage, Aix-en-Provence)
PAYKIN-ARROUÈS Katia (STL, Lille 3)
PRÉVOST Sophie (Lattice-ENS-CNRS, Paris 3)
PELLAT Jean-Christophe (LILPA-Didactique, Strasbourg)
REY Christophe (LESCALP, Amiens)
SCHNEDECKER Catherine (LILPA-FD, Strasbourg)
SERETAN Violeta (ILCC, HCRC, Université d'Edinbourg, Ecosse)
SOCK Rudolph (IPS, LILPA-Parole et Cognition, Strasbourg)
STOSIC Dejan (GRAMMATICA, Université d’Artois)
TODIRASCU Amalia (LILPA-FD, Strasbourg)
VAN DE VELDE Danièle (SLT–CNRS, Lille 3)
VAXELAIRE Béatriz (IPS, LILPA-Parole et Cognition, Strasbourg)
ZOTTI Valeria (Université de Bologne, Italie).


Comité d'Organisation
---------------------------------
Angelina ALEKSANDROVA (Université de Strasbourg)
Constanze ARMBRECHT (Université de Strasbourg)
Nourdine ASSANI (Université de Strasbourg)
Iveta CHOVANOVA (Université Nancy 2)
Camille FAUTH (Université de Strasbourg)
Sarah GEMICIOGLU (Université de Bochum)
Adrian GOERKE (Université de Bochum)
Thomas JAURIBERRY (Université de Strasbourg)
Laurence LONGO (Université de Strasbourg)
Mirabela NAVLEA (Université de Strasbourg)
Julien RENTZ (Université de Strasbourg)
Lucie STEIBLÉ (Université de Strasbourg)
Matthias TAUVERON (Université de Strasbourg)
Inga WEITZIG (Université de Bochum)

Παρασκευή, 7 Οκτωβρίου 2011

Διεθνές συνέδριο: "Langage et analogie. Figement. Argumentation" - Sfax-Tozeur, 4 et 5 octobre 2012

Langage et analogie. Figement. Argumentation
Sfax-Tozeur (Tunisie)
4 et 5 octobre 2012


Parmi les questions sur lesquelles l'humanité se penche depuis qu'elle a appris à penser, l'analogie se distingue par une série de thématisations explicites, récurrentes au cours des siècles, dans des champs aussi divers que le droit, la médecine (en particulier orientale), les mathématiques, la théologie, la psychologie, la philosophie, la littérature ou encore la linguistique, sans compter toutes les sciences qui recourent à une forme ou une autre de modélisation, ni le rôle de l'analogie dans la découverte scientifique ou dans l’évolution des techniques. Reprendre cette question au XXIe siècle, c'est d'abord prendre acte du fait qu'en dépit de multiples tentatives, elle n'a toujours pas fait l'objet d'une unification cohérente, qui permette de relier la capacité cognitive dont dérive l'aisance extraordinaire qu'ont les hommes (ainsi que d'autres espèces animales) de produire des analogies, à l'ensemble des représentations, mentales ou publiques, qui en découlent. Si cert!
aines espèces, dont l'espèce humaine, ont développé de telles capacités analogiques, c'est probablement que ces dernières procurent un avantage adaptatif majeur, celui d'une perception souple et perfectible, impliquant des catégories non pas rigides mais floues, en ce qu'elles reposent sur un principe de similarité plutôt que sur les clivages rigides de la différence et de l'identité. Ces dernières peuvent être considérées comme des stabilisations momentanées d'une dynamique analogique plus fondamentale, puisque l'analogie est à la fois, et irréductiblement, différence et identité. Du point de vue méthodologique, la problématique analogique se situe donc sur un plan qui échappe par principe à une épistémologie de type structuraliste.

La définition large de l'analogie, qui servira de point de départ à cette recherche, est la suivante : on appellera analogique tout processus qui implique une forme de similarité. Classiquement, on peut en premier lieu distinguer l'analogie binaire, qui repose sur la similarité de deux entités, de l'analogie proportionnelle, qui repose sur une similarité relationnelle entre des éléments composant une entité complexe. Quant à la notion de similarité, elle s'oppose non seulement, du point vue logique, à la différence et à l'identité, qui en sont les deux négations, mais aussi, et sur un autre plan, à une seconde relation fondamentale, la relation de contiguïté. En outre la similarité implique ce que l'on peut simplement (et provisoirement) nommer un "point de vue" : deux entités ne sont jamais similaires que selon une certaine perspective.

Depuis les années 1980, de nombreux travaux de psychologie cognitive ont mis l'accent sur le rôle de l'analogie dans la cognition. D'abord cantonnée à un type de raisonnement, elle est aujourd'hui considérée comme un processus cognitif central à l'origine de la détection des similarités structurelles, voire comme un synonyme de la perception de haut niveau, à l'origine des concepts ou des catégories, ces derniers étant conçus comme des faisceaux d'analogies et l'opération de catégorisation comme un glissement d'un faisceau d'analogies à un autre. On l'aura compris, l'objectif majeur de cette recherche consiste à explorer les transferts possibles de ces avancées de la psychologie cognitive dans d'autres domaines, et en premier lieu dans les disciplines pour lesquelles le langage joue un rôle primordial : la linguistique et les études littéraires.

Il existe en effet - ce qui justifie le privilège accordé à ces deux domaines - une grande proximité entre les processus cognitifs analogiques et le fait langagier dans son ensemble. Car si l'on admet que les concepts ou catégories peuvent être décrits, en tant que représentations mentales, comme des faisceaux d'analogies, ces représentations mentales possèdent un type de contrepartie publique majeur qui n'est autre que le langage lui-même : elles sont très souvent partagées, même si ce n'est pas toujours le cas, via ces représentations publiques que sont les mots, les phrases, les textes. Or, la prise en considération de l'analogie dans ces environnements permet de regrouper au moins trois grands types de problématiques qui demeurent aujourd'hui distinctes et étudiées séparément : la question de la catégorisation dans l'analyse des unités lexico-grammaticales, mais aussi dans le cas de la catégorisation textuelle (via notamment la question des genres, littéraires ou discurs!
ifs) ; la problématique de l'iconicité dans les langues et dans les textes, qui s'intéresse aux similarités entre formes et contenus, et qui, à ce titre, cherche aussi à documenter la question de l'incarnation du langage ; le problème, encore peu étudié comme tel, de la similarité entre les textes ou les discours, sur lequel reposent non seulement de nombreuses questions de théorie littéraire (intertextualité, "analogies littéraires", comparatisme, etc.), mais aussi des questions relatives à l'argumentation (argument par analogie, amalgame, etc.), ainsi que toute la problématique de la traduction - puisqu'un texte traduit peut être considéré comme analogue au texte source et qu'une bonne partie de la traductologie consiste à comprendre comment atteindre le meilleur analogue d'un texte donné dans une autre langue.

Dans tous les cas, la question directrice sera non seulement de faire émerger les champs dans lesquels le concept d'analogie se révèle pertinent, au sens où il permettrait un renouvellement des problématiques, mais aussi, plus précisément, de chercher à découvrir des critères qualitatifs d'évaluation des analogies permettant de comprendre pourquoi, dans un contexte donné ou selon un point de vue donné, une analogie est préférable à une autre ou meilleure qu'une autre.

L’accent sera mis sur deux problématiques spécifiques, auxquelles seront consacrées des sessions spéciales :

- Session analogie et figement (Président : Salah Mejri)
- Session analogie et argumentation (Président : Mohamed Bouattour)

Mais les communications pourront également être situées dans le cadre, non exhaustif, des
thématiques suivantes (coordination : Philippe Monneret) :
- actualité de la recherche sur l'analogie en psychologie cognitive
- analogie et catégorisation dans le lexique
- analogie, synonymie et polysémie
- analogie et figures rhétoriques de la similarité
- analogie et iconicité dans le lexique, la morphologie et la syntaxe
- analogie et interférence dans l’apprentissage des langues
- analogie et changement linguistique
- analogie et linguistique spontanée (étymologie populaire, etc.)
- analogie et variation en sociolinguistique
- analogie et genres discursifs ou littéraires
- analogie et traduction
- analogie et iconicité des textes littéraires
- analogie et comparatisme en littérature
- rôle de l'analogie dans la formation et le développement des théories linguistiques
- analogie et fiction
- analogie et poésie
- analogie et iconicité dans les langues des signes et la gestualité co-verbale
- analogie et iconicité dans les modèles linguistiques

Les communications pourront être proposées en français ou en anglais.
Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : langageetanalogie@gmail.com
  • Date limite de soumission (5000 signes + orientations bibliographiques) : 31 mars 2012
  • Réponse du comité scientifique : 30 avril 2012
  • Remise des articles : 31 décembre 2012 au plus tard.
  • Publication des actes : 2013
Toutes les informations utiles sont disponibles à l’adresse suivante :
http://grelisc.eklablog.com/langage-et-analogie-figement-argumentation-p217227

Πέμπτη, 6 Οκτωβρίου 2011

Ontologie et Lexique : nouveaux regards, Paris, novembre 2011

Cet atelier qui est organisé, dans le cadre du 9ème colloque international TIA, par les laboratoires IRIT et CLLE-ERSS en lien avec le groupe de travail "ontology Lexica" du W3C se déroulera le 10 novembre 2011, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, Paris XIIIe.

informations et appel à communication (date limite : 21 octobre 2011 (résumé))

Τετάρτη, 5 Οκτωβρίου 2011

Revue SCOLIA : "Normes de traduction et traduction des normes dans l’espace européen - Institutions et entreprises"

Fondée par Georges Kleiber en 1994, Scolia est une revue annuelle de l’Université de Strasbourg.
Le numéro 25 de la revue, coordonné par Thierry Grass ( Université de Strasbourg), reprend les meilleures contributions du colloque de Strasbourg de juin 2010 "Normes de traduction et traduction des normes dans l’espace européen - Institutions et entreprises".

informations, sommaire et bon de commande

Vers une théorie décisionnelle de la traduction (επιστημονικό άρθρο της Christine Durieux)

Abstract
 
Until now, research on translation was within the framework of a formal theory paradigm. An extension of structuralism, linguistic theories of translation claim complete objectivity. In opposition to that hyperpositivism, interpretive theories open widely to constructivism. The translator acts as an intermediary in the communication chain and, to that end, activates an inference engine in order to build the meaning of the text to be translated. However, if the translating process may be defined as a sequence of decisions, decision-making is not the result of a purely rational reasoning relying on strict inference rules but the outcome of a mechanism ruled by bounded rationality. The decision-making process is governed by selective attention and controlled by emotions, hence situating the translating process between reason and emotion.

Electronic reference

Christine Durieux, « Vers une théorie décisionnelle de la traduction », Revue LISA/LISA e-journal [Online], Vol. VII – n°3 | 2009, Online since 19 mai 2009, connection on 02 octobre 2011. URL : http://lisa.revues.org/119

Πηγή: © Revue LISA/LISA e-journal